mardi 26 octobre 2010

Retraites : Communiqué intersyndical CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

Les journées du samedi 16 et du mardi 19 octobre 2010 confirment que la mobilisation est ancrée dans la durée à un haut niveau. Ce sont des millions de salariés qui dans le cadre de ces 6 journées d’action depuis début septembre affirment vouloir une autre réforme des retraites juste et efficace et l’ouverture de négociations avec les syndicats.
....

Fortes du soutien des salariés, des jeunes et d’une majorité de la population et face à une attitude intransigeante du gouvernement et du chef de l’Etat, les organisations syndicales décident de continuer et d’élargir la mobilisation.
Elles décident de deux nouvelles journées de mobilisation :
  • le jeudi 28 octobre : une journée nationale de grèves et de manifestations dans la semaine du vote au Parlement.
  •  le samedi 6 novembre : une journée de mobilisations et de manifestations avant la promulgation de la loi par le chef de l’Etat.
Les organisations syndicales se retrouveront le 4 novembre. (texte complet) et le tract unitaire

Retraites : Communiqué intersyndical CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

Les journées du samedi 16 et du mardi 19 octobre 2010 confirment que la mobilisation est ancrée dans la durée à un haut niveau. Ce sont des millions de salariés qui dans le cadre de ces 6 journées d’action depuis début septembre affirment vouloir une autre réforme des retraites juste et efficace et l’ouverture de négociations avec les syndicats.
....
Fortes du soutien des salariés, des jeunes et d’une majorité de la population et face à une attitude intransigeante du gouvernement et du chef de l’Etat, les organisations syndicales décident de continuer et d’élargir la mobilisation.

Elles décident de deux nouvelles journées de mobilisation :
  • le jeudi 28 octobre : une journée nationale de grèves et de manifestations dans la semaine du vote au Parlement.
  •  le samedi 6 novembre : une journée de mobilisations et de manifestations avant la promulgation de la loi par le chef de l’Etat.
Les organisations syndicales se retrouveront le 4 novembre. (texte complet)

 

dimanche 24 octobre 2010

Masterisation: un jeu de taquin dans l'éducation


Extraits de l'article de Médiapart publié le 24 octobre 2010

Combinée aux 16.000 suppressions de postes de la rentrée 2010, la réforme de la formation des enseignants semble provoquer des dysfonctionnements en chaîne dans le système éducatif. Avec un petit côté jeu de chaises musicales. Les professeurs stagiaires, placés à temps plein dès la rentrée dans les collèges et lycées (16 ou 18 heures au lieu de 6 heures avant la masterisation), bénéficient tout de même de quelques journées de formation professionnelle organisées par les rectorats. «Après la Toussaint, le problème du remplacement, récurrent à cette période avec les épidémies de grippe, etc., va s'aggraver avec le départ des stagiaires en formation», souligne Emmanuel Mercier, secrétaire national du Snes, responsable du secteur formation.

«Dans deux académies, on va retirer les enseignants qui remplacent des congés maternité pour les mettre sur des remplacements de stagiaires en formation», explique Daniel Robin, secrétaire général du Snes. Ce qui revient à déshabiller Pierre pour habiller Paul. Guillaume, un professeur d'anglais stagiaire de 24 ans, en formation cette semaine à Paris, devait lui être remplacé par une assistante de langue, c'est-à-dire une étudiante étrangère normalement chargée de seconder un prof. «Elle a refusé car ce n'est pas réglementaire, donc mes élèves n'ont pas eu cours cette semaine», dit-il. ...

..... «On était habitués depuis plusieurs années à voir une diminution de 20% par an du budget formation mais jamais au niveau actuel », explique Xavier Buff. Les rectorats sont désormais en charge de la formation professionnelle des enseignants débutants, sans avoir bénéficié du transfert du budget correspondant. «Il s’agit essentiellement d’une décision budgétaire, et, parmi les “raisons diverses” évoquées, je crois que l’une des plus importantes est la priorité absolue donnée au sauvetage professionnel des néo-certifiés stagiaires qui ont été directement lancés cette année dans le métier sans aucune formation », précise un directeur de l’Irem, souhaitant garder l’anonymat. (lire ...)

La réforme de la formation des maîtres vu par les stagiaires en octobre 2010


Extraits de l'article publié dans Médiapart du 22 octobre 2010.

Mercredi 20 octobre 2010, à 18 heures à la Bourse du travail de Paris, assemblée générale des enseignants stagiaires nouvelle mouture, mis devant une classe à temps plein et sans formation professionnelle après avoir réussi les concours de juin. La catastrophe était annoncée depuis deux ans par plusieurs syndicats et, un mois et demi après la rentrée, c’est le concours de surenchère parmi les quelque 180 professeurs présents, pour la plupart venus de l’académie de Créteil. L’un dit avoir quatre niveaux différents en collège, donc autant de programmes différents à assimiler et de cours à préparer, plusieurs autres sont dans des établissements difficiles en zone d’éducation prioritaire (ZEP), et un dernier s’attire des «Oh» d’indignation savourée, quand il révèle qu’il fait ses débuts dans une Ulis (Unité localisée pour l’inclusion scolaire) avec des enfants autistes. Les directives ministérielles qui recommandaient d’«éviter, autant que faire se peut, les établissements les plus difficiles », «les postes spécialisés », «l’attribution des classes les plus délicates, de type cours préparatoire ou cours moyen deuxième année » et de privilégier, dans les collèges et lycées, un emploi du temps sur «deux niveaux maximum d’enseignement », ont été largement piétinées dans certaines académies. .....

.....une Grenobloise qui a atterri à Créteil, l’académie la plus jeune et la plus difficile de France et qui a fait sa rentrée logée à l’auberge de jeunesse, «le pire déménagement de ma vie ». «Je pleure tous le soirs en rentrant tellement je suis stressée par les élèves , lance d’entrée cette professeur d’anglais. Si ma tutrice n’était pas aussi présente, je serai déjà en dépression. Pourtant ça reste le métier de mes rêves, j’ai passé le Capes
trois fois avant de l’avoir. » ....

.... «C'est l'Elysée qui a imposé la masterisation, ni le cabinet de l'enseignement supérieur, ni celui de l'éducation nationale n'avaient été informés, raconte Christian Chevalier. Dans le système actuel, on peut faire sauter le concours et ce seront les établissements, de plus en plus autonomes, qui recruteront directement leurs enseignants dans le vivier d'étudiants formés dans les nouveaux masters enseignement.» «Pourquoi, de toutes façons, préparer un concours difficile si on peut faire la même chose, comme vacataire ou contractuel, qu'avec le master seul?», demande Jean-Louis Fournel. (lire l'article complet)


samedi 23 octobre 2010

Toulouse Le Mirail : Le président confirme la suppression de cinq emplois à l'IUFM


Extraits du compte rendu de l'audience entre les élus au conseil d'école de l'IUFM et le président de l'université de Toulouse II le Mirail

Étaient présents : Daniel FILATRE président de l’université de Toulouse II le Mirail, Marc BRU, directeur de l’IUFM, Christine BATAILLE SNASUB, Marie France CARNUS élue SNESUP-FSU au Conseil d’école, Philippe DEBAECKER , élu UNSA au conseil d’école, Christian VALADE, élu FSU au conseil d’école.

Les élus ont rappelé la souffrance des personnels qui après l"intégration et la mastérisation prennent un coup de plus avec le gel des postes lié au RCE. L'IUFM est en première ligne. Ont été successivement évoquées les questions de moyens et personnel, les relations avec UT3, la situation des sites départementaux et le schéma directeur régional de l’enseignement supérieur. ....


LES MOYENS EN PERSONNELS


Un échange assez vif s’est engagé au sujet des postes d’enseignants gelés par l’Université.
M Filâtre considère que les 8 postes demandés ne peuvent être attribués car l’IUFM n’a pas les financements suffisants.

Un différentiel important serait dû au fait que, dans le cadre de la RCE le Ministère transfère une masse salariale évaluée au 31/08/2010. Or à ce moment là l’IUFM n’aurait pas consommé tous ses emplois et donc aurait une masse salariale inférieure à celle des emplois statutaires. 


Le mode de calcul des emplois et de la masse salariale présenté par le président est un jeu dans lequel l'IUFM et les autres composantes de l'université vont perdre des emplois. C'est la machine invitée pour supprimer des emplois dans l'enseignement supérieur. 



Lire aussi les décisions des conseils

Et maintenant ?
  • Laisser vos commentaires

dimanche 17 octobre 2010

Toulouse Le Mirail : Gels de postes à l’IUFM : la présidence de l’UTM enclenche la politique de casse de l’emploi liée à la loi LRU !


Avant même le passage aux compétences élargies au 1e janvier 2011, la présidence de l’université de Toulouse 2 le Mirail, dans le droit fil de la loi LRU, met en place une politique de casse de l’emploi. Dans la logique gouvernementale de démantèlement des IUFM, la première victime est l’école interne IUFM qui voit cinq de ses postes de PRAG « gelés » (2 en maths, 1 en arts plastiques, arts appliqués, 1 en musique, 1 en lettres modernes). Cette décision prise unilatéralement, remet en cause le droit de l’IUFM, école interne, de déterminer sa politique en matière de formation, et de recrutement. Elle porte atteinte au fonctionnement de l’école, met en péril l’équilibre régional de la formation et programme la mort de certaines antennes régionales. « Il ne faut pas faire croire à l’IUFM que rien ne changera », il y aura « des redéploiements et des fermetures de sites » a annoncé le Vice‐Président du Conseil d’administration de l’UTM au CTP (Comité Technique Paritaire) du 13 octobre 2010. lire la suite

Primes BIATOS
Le 2e point à l’ordre du jour du CTP du 13 octobre, intitulé « Crédits enveloppe indemnitaire 2010 » portait sur l’attribution, sur la paye du mois de décembre 2010, du reliquat indemnitaire BIATOS pour l’année 2010, dont le montant est estimé par la DRH à 120 000 €. La présidence de l’UTM proposait aux représentants des personnels quatre hypothèses pour cette attribution. Les élus FSU ont défendu l’application de l’hypothèse qui leur paraissait la plus équitable et la plus juste : considérer l’ensemble des BIATOS, et en priorité les BIATOS de catégorie C. lire la suite

samedi 16 octobre 2010

Retraites : Mobilisation des 16 et 19 octobre 2010



Ensemble pour gagner le départ à la retraite à taux plein pour toutes et tous !


Journées d'actions et de grève
16, 19 et 21 octobre
Manifestation unitaire
Toulouse 10 heures
Allées Charles de Fitte

vendredi 1 octobre 2010

Retraite à 60 ans à taux plein pour tous !

Les organisations syndicales départementales, Cgt, Fo, Cfdt, Cfe-Cgc, Cftc, Unsa, Fsu, Solidaires de Haute-Garonne. appellent l’ensemble des salariés, la population à manifester massivement le Samedi 2 octobre 2010 à partir de 10h à Toulouse.



MANIFESTATION UNITAIRE
SAMEDI 2 OCTOBRE 10H

Allées Charles de FITTE Métro Saint-Cyprien