vendredi 19 février 2010

SNESUP : l'improvisation et l’irresponsabilité ministérielle comme politique



Le SNES et le SNEP ont été reçus par le cabinet du Ministre lundi 8 février pour discuter des conditions de stage des lauréats des concours de l'enseignement du second degré.

La plus grande improvisation semble régner au plus haut niveau du ministère quant à la façon d'utiliser les professeurs et CPE stagiaires dès la rentrée prochaine. Enfin conscient qu'une entrée à temps plein dans le métier n'est pas raisonnable, le Ministre envisage que les conseillers pédagogiques – tuteurs - qui n’auront reçu aucune formation à cette fonction, assurent jusqu'à six heures de cours en doublette avec le professeur stagiaire pendant les six à huit premières semaines. Le tuteur serait alors lui-même remplacé par un TZR ou un contractuel, avec des modalités qui relèvent du bricolage, nient les réalités propres au fonctionnement des établissements du second degré et conduiront à une profonde désorganisation des services. Après ces 6 à 8 semaines, la suite de l’année relève de la même irresponsabilité : les périodes de départs en stage des nouveaux enseignants (8 semaines sur le reste de l’année) poseront de lourds problèmes de remplacement qui s’ajouteront à ceux déjà rencontrés cette année, aggravés encore par la nécessité de regrouper en même temps, pour ces stages, l’ensemble des stagiaires d’une même discipline et d’un même secteur géographique (lire la suite)

Aucun commentaire: