mardi 8 décembre 2009

Actions, décisons prises pour le 15 décembre 2009


Décisions de l'assemblé générale lors de la journée nationale des IUFM
  1. Il faut que mardi 15 décembre sera une journée de grève massive à l’IUFM
  2. Une réunion de préparation est déjà programmée jeudi 10 décembre de 12 h 30 à 13 h 30 avenue de Muret. Tout le y monde est invité, mais il serait sans doute bon de faire des réunions de préparation sur le maximum de sites.
  3. Une réunion du Conseil d’école est programmée pour le 15 décembre au matin. L’idée de la transformer en une manifestation pour le retrait de la réforme semblait rassembler un large consensus. Cela signifierait que l’on appelle le personnel et les usagers à y venir pour manifester, et éventuellement qu’on invite la presse.
  4. Pour la journée du 15 décembre, le personnel des restaurants étant vraisemblablement très majoritairement en grève, on pourrait organiser un repas collectif et autogestionnaire à midi (sur quels sites ?), puis des débats dans l’après-midi (sur quels sites ?), puis une ou plusieurs manifestations vers 18 h pour appeler les parents d’élèves à la rescousse, avec convergence place du Capitole. Puis en nocturne des débats encore par exemple avenue de Muret.
  5. Il faudrait programmer vite une intersyndicale pour se mettre d’accord de manière incontestable.
Dans la presse :
  • Métro : Les IUFM mobilisés pour une autre réforme de la formation des enseignants. A Toulouse, une vingtaine d'enseignants du collectif "Enseigner est un métier qui s'apprend" se sont rassemblés une heure à la mi-journée sur la place du Capitole pour une distribution de tracts.
    "La réforme des IUFM, c'est la fin de la formation, remplacée par le recrutement d'enseignants qui prendront leur poste après une préparation académique à l'université, mais sans formation pédagogique, parfois même sans stage en situation scolaire concrète", a déclaré à l'AFP un enseignant en IUFM, Jean-François Grelier.
    C'est "un galop d'essai" avant la journée du 15 décembre pour laquelle "on peut parier sur une grève extrêmement suivie dans les IUFM", a-t-il ajouté.
    La journée du 15 décembre est organisée à l'appel d'une large intersyndicale composée notamment des syndicats lycéens, de l'organisation étudiante Unef et des parents d'élèves de la FCPE. Le Sgen-CFDT a déposé des préavis de grève.
    Celle de lundi était organisée à l'appel des directeurs d'IUFM eux-mêmes, ce qui constitue "une première" et révèle "une vraie coupure entre les directeurs et les ministères" de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur, a-t-on expliqué à la CDIUFM.
    Les groupes de travail technique sur cette réforme, qui se sont réunis jusqu'en novembre et auxquels la CDIUFM a participé, laissaient présager "une issue positive", mais les arbitrages rendus le 13 novembre par les ministres Luc Chatel et Valérie Pécresse ont suscité "la déception et l'incompréhension", d'où l'appel à la journée de lundi, a-t-on expliqué.
    La réforme en question prévoit le recrutement des professeurs au niveau master 2 (bac+5) et de confier la formation aux universités via des masters.
  • Le monde : Les IUFM mobilisés contre la réforme de leurs cursus. Thomas, professeur des écoles stagiaire, voit dans ce projet la poursuite de la stratégie du "moins disant économique" : "non-remplacement de professeurs, augmentation du nombre de classes surchargées, suppression du Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased)... Au vu de la politique générale du gouvernement concernant l'éducation nationale, on peut légitimement s'inquiéter de toute initiative."
  • Libération : Réforme des IUFM : les enjeux du refus. Dans l'indifférence quasi générale, la France s'apprête à abandonner la formation très spécifique qu'elle donnait jusqu'à présent à ses enseignants. Les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) avaient pris la suite des Ecoles Normales pour former spécifiquement les professeurs d'écoles et de l'enseignement secondaire. A leur place, dès la rentrée prochaine, les formations seront assurées à la fac. Elles prépareront les étudiants aux matières à transmettre., beaucoup moins à la transmission elle-même, à la pédagogie. Hostile à cette évolution, le mouvement des enseignants des IUFM ne faiblit guère. Mais ne forcit pas non plus, n'emporte pas l'opinion.
  • Zinfos974 : Jean-Paul Gérard est professeur d’EPS (Éducation physique sportive) à l’IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres). Il a participé hier soir à une marche aux flambeaux à l'IUFM, en compagnie de 200 étudiants et enseignants qui ne veulent pas des réformes proposées.Cela ne signifie pas pour autant la fin de l’IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres), selon le professeur d’EPS, “parce que nous sommes un vieux village gaulois et nous résisterons jusqu’au bout. Cela veut dire que nous essaierons de faire infléchir par des manifestations symboliques, ces réformes”.

1 commentaire:

Ardourel a dit…

Cette journée du 15 décembre pourrait être construite comme une fête : joyeuse, bruyante et tonique.

Pourquoi pas un barage filtrant devant le siège de l'IUFM avec musique et distribution de café chaud ?

Pourquoi ne pas s'inviter le 14 decembre à la réunion "identité nationale" du préfet de Toulouse à 18h à l'université de Toulouse 1 ?

Naturellement il ne peut y avoir aucun cours à l'IUFM ce jour là, ni stage de formation continue.

Oui la fête pour dire non à la politique de délabrement organisée par Sarkosy et son gouvernement.