lundi 4 mai 2009

Projet de décret sur la formation et le recutement des enseignants

Un premier texte de projet de décret sur la formation et le recutement des enseignants vient d'être communiqué.

Le ministère de l'éducation nationale a mis en place 4 groupes de travail dont les dernières réunions vont avoir lieu très prochainement. Les syndicats (et non les centrales syndicales) sont consultés dans ce cadre.

A l'intérieur d'une même fédération, les mandats des différents syndicats peuvent différer,
car ils représentent des personnels ayant des positions différentes, et il n'est pas exclu que le ministère joue des oppositions catégorielles pour faire passer son projet.

Mon message s'adresse donc aux étudiants qui envisagent de préparer un concours de recrutement, aux enseignants et formateurs qui les préparent à ces concours ou à la profession d'enseignant ainsi qu'aux enseignants du premier et du second degré, également concernés par certaines de ces mesures.

Il s'agit de recueillir très rapidement votre avis sur les quelques points suivants :

1) Les études pour devenir enseignant.
Actuellement, les études durent 5 ans. La 5° année est une année de formation professionnelle en alternance, rémunéreé, qui confère le statut d'élève professeur. Elle constitue la première année de la carrière d'enseignant.
Dans le projet de décret les études dureront également 5 ans, mais la 5° année ne sera pas rémunérée et ne confèrera pas le statut d'élève-professeur. La carrière d'enseignant ne commencera que l'année suivante.

2) les conditions pour être recruté
Actuellement, il faut être titulaire d'une licence pour se présenter aux concours. Pour être recruté il faut être lauréat d'un concours et satisfaire les obligations du stage.
Cas particulier : l'agrégation : il faut justifier d'un diplôme supérieur à la licence pour se présenter au concours.
Dans le projet de décret, la licence suffira toujours pour se présenter aux concours, mais le concours lui-même ne sera ouvert qu'aux étudiants inscrits en 2° année de master. Pour être recruté, il faudra non seulement être lauréat d'un concours, satisfaire les obligations du stage, mais aussi être titulaire d'un master.

3) Affectation des professeurs une fois la titularisation obtenue
En ce qui concerne les professeurs des écoles, le projet de décret reprend une disposition figurant dans le texte actuellement en vigueur : les professeurs des écoles peuvent être affectés dans une académie autre que celle dans laquelle ils ont fait leur formation, si le nombre de postes vacants dans cette académie n'est pas suffisant. Mais l'alinéa suivant est supprimé : "ils sont préalablement informés des départements qui leur sont proposés"

4) Revalorisation de la rémunération des enseignants
Le projet de décret n'en traite pas (ce qui est normal). Mais le communiqué du ministre précise qu'il s'agit de la revalorisation des débuts de carrière, et non de la revalorisation des salaires sur l'ensemble de la carrière. Cette revalorisation peut prendre la forme d'un simple passage plus rapide d'un échelon à l'autre dans les débuts de carrière. Quoi qu'il en soit, il est évident qu'elle ne compensera pas la perte d'un an de salaire et ne bénéficiera pas (ou de façon très marginale) aux enseignants du primaire et du secondaire déjà anciens dans la carrière.
Notons que si la carrière de professeur titulaire d'un master se trouvait plus intéressante financièrement que la carrière actuelle des professeurs, elle ne serait pas pour autant accessible aux enseignants déjà en poste: le projet de décret précise que les professeurs des écoles stagiaires et titulaires ne peuvent se présenter aux nouveaux concours.

5) le sort des étudiants qui ont échoué de peu aux concours
Actuellement les étudiants qui passent le concours de professeurs des écoles et qui ont échoué de peu au concours peuvent être recrutés sur liste complémentaire durant une année au cours de laquelle ils sont salariés. A l'issue de cette année, ils intégrent la formation en qualité d'élèves professeurs.

Dans le projet de décret, le recrutement d'enseignants sur liste complémentaire est supprimé.
L'obligation d'être à la fois lauréat d'un concours et titulaire d'un master pour devenir professeur stagiaire permet que se constituent des cohortes d'étudiants ne satisfaisant pas simultanément les deux conditions. Il s'agit d'étudiants de haut niveau, sans revenu, disponibles pour effectuer des vacations dans les établissements scolaires. Ce qui réduira le besoin de recruter et amènera à diminuer régulièrement le nombre de postes mis aux concours.

Sur tous ces points l'avis des étudiants et des professeurs en poste est absolument nécessaire pour éclairer les commissions. Merci de communiquer votre avis d'urgence aux syndicats qui vous représentent et d'inciter vos collègues à le faire.

Sylvie PLANE

Dernières minutes

Le groupe de travail rassemblant ministères et syndicats consacré aux «mesures transitoires » s’est déroulé ce matin. Le Ministère de l’Education Nationale ayant rappelé les anciennes positions du gouvernement, la FSU et l’ensemble des organisations syndicales –dont l’UNEF– ont insisté sur la nécessité que les conditions d’inscription aux concours et de stagiairisation pour l’année 2010 soient lisibles pour les étudiants et qu’elles ne préjugent pas du dispositif final.

La FSU a présenté deux demandes pour la session 2010 :
  • qu’il n’y ait pas d’obligation de s’inscrire en M1, mais que lapréparation des concours puisse donner l’équivalence du M1 ;
  • qu’il n’y ait pas de report d’un an pour la stagiairisation d’aucun des lauréats du concours 2010, la titularisation devant se faire sans exiger le M2.
Le directeur de cabinet du Ministère de l’éducation Nationale a fait la synthèse des points soulevés par les participants pour l’année 2010 de transition : conditions d’inscription, attribution des ECTS de M1 et possibilité d’inscription en M2, stages des étudiants, nomination comme fonctionnaire stagiaire et contenu de cette année –point nodal pour obtenir un réel report–. Il a affirmé « on va réfléchir ». La prochaine réunion sur ce thème est le 13 mai.

Michel BERNARD

Projet de décret
Les élections européennes arrivent avec les remaniements ministériels. Ils passent en force. Nous devons nous mobiliser et refuser les négociations sans retrait complet des réformes.

Actions :

Aucun commentaire: