lundi 25 mai 2009

IUFM Midi-Pyrénées : communiqué

Communiqué de l’AG des personnels et usagers

Lundi 25 mai 2009 à 12h 30

Malgré une opposition sans précédent, de la maternelle à l’Université, le ministère de l’Education a pris la décision de rendre publics les projets de modification des décrets régissant les conditions de recrutement des enseignants du 1er et 2nd degrés (PE, PLC, PLP, CPE) afin qu’ils soient débattus au comité technique paritaire ministériel du ministère de l’éducation nationale (CTPMEN) mercredi 27 mai 2009 puis présentés au conseil national de la fonction publique de l’état (CSFPE) le 12 juin prochain.

L’AG des personnels et usagers de l’IUFM Midi-Pyrénées dénonce et condamne la méthode scélérate qui consiste à profiter de faux reculs pour faire passer en force un projet désastreux qui engage l’avenir de l’école.

Elle souligne le mépris des acteurs consistant entre autre à ne pas attendre les conclusions des groupes de travail, de la commission Marois-Filâtre et les Etats Généraux de la CD IUFM pour engager dès l’an prochain un processus irréversible.

Elle constate une fois encore que l’intention réelle est bien la suppression des IUFM dont les textes ne font plus aucune mention.

Elle appelle, à l’occasion de la journée inter catégorielle du mardi 26 mai 2009, à un rassemblement des formateurs et des usagers à 7h 30 afin de bloquer le siège social avenue de l’URSS.

A 9h une conférence de presse sera donnée avant le départ à 10h pour un regroupement en place du Capitole.

Une AG des personnels et usagers est prévue à 16h sur le site de Saint-Agne. Elle définira les modalités d’actions à venir.

Une délégation est mandatée pour participer à la 4ème coordination nationale de la formation des enseignants (CNFDE). Le 6 juin à Paris.

La journée d’études, organisée par le comité d’action de l’IUFM Midi-Pyrénées, pour l’élaboration de propositions en vue de la contribution à un contre projet initialement prévue le 6 juin est repoussée au 20juin. Cette journée sera l’occasion de discuter avec les partenaires de l’école (parents d’élèves, associations, syndicats d’enseignants des 1er et 2nd degrés.

Le comité d’action de l’IUFM Midi-Pyrénées

dimanche 24 mai 2009

Le ministère passe en force


Jusqu’au bout, le gouvernement veut passer outre l’opposition des universitaires à ses réformes. Dernier exemple en date : alors que la commission Marois-Filâtre chargée de déminer l’épineux dossier de la réforme de la formation des enseignants doit rendre ses conclusions le 15 juillet, les projets de décrets instaurant la « masterisation »viennent d’être publiés. Ils doivent passer en comité technique paritaire ministériel (CTPM) le 27 mai, et au conseil supérieur de la fonction publique le 12 juin (médiapart 21 mai 2009 avec reprise par fabula
)

Textes en préparation examinés lors du prochain CTP du 27 mai

Réactions

IUFM Midi-Pyrénées Assemblée générale
  • Lundi 25 mai 2009
  • de 12 h 30 à 14 heures
  • Site Saint Agne - Amphithéâtre
Ordre du jour

Au niveau national
  • Point sur les décrets
  • Point sur les négociations syndicales et commission "Marois-Filâtre"
  • Préparation de la journée nationale interprofessionnelle du 26 mai
Au niveau local
  • Création d'une association loi 1901 "Enseigner est un métier qui s'apprend"
  • Conseil d'école du 29 mai
  • Actions en juin (dossiers, notes, ....)

Images d'archives

26 mai : Journée nationale interprofessionnelle

Les organisations CGT, CFDT, FO, CGC, CFTC, FSU, Solidaires, UNSA de la Haute-Garonne ont décidé de faire du mardi 26 mai un temps fort de mobilisation. Le collectif de l'IUFM avec tous les syndicats appelle les personnels des écoles à se mettre en grève et à se rendre, avec leurs revendications, dès 10 heures, au points de rassemblement à Toulouse - métro Saint Agne pour converger ensuite vers la Place du Capitole, aux côtés des salariés du secteur privé.

mercredi 13 mai 2009


Aux personnels et usagers de l'IUFM Midi-Pyrénées,

Vous trouverez la synthèse des travaux de la journée banalisée (format pdf oudiaporama) "construisons ensemble une nouvelle formation des enseignants et des CPE" du 31 Mars rédigée par un groupe de travail le 30 avril.
Trois autres journées ont été retenues par le comité d'action et banalisées par Marc Bru. Il s'agit :
  1. Du 15 mai de 9h 30 à 13h pour la présentation de la synthèse des travaux du 31 mars aux collègues des autres composantes de l'UTM et discussion
  2. Le 6 juin toute la journée : travaux avec les syndicats d'enseignants, les partenaires associatifs et les parents d'élèves.
  3. Le 29 juin toute la journée : finalisation des propositions que nous remettrons à Daniel Filâtre.
Nous comptons sur la mobilisation et la présence de l'ensemble des acteurs concernés par la formation des enseignants et des CPE.
Le comité d'action de l'IUFM Midi-Pyrénées
Ecole interne de l'Université de Toulouse 2 Le Mirail






Chers collègues des composantes,

Comme vous le savez sans doute, sur le dossier formation des enseignants,le Ministère de l'Education Nationale mène un double jeu, discutant d'un côté avec les syndicats et proposant dans le même temps un décret à propos des mesures transitoires, qui fait passer de force sa réforme, à travers des mesures transitoires confuses. Les syndicats, mais aussi la CPU, ont dénoncé ces manoeuvres, en demandant un retrait de cette réforme et une remise à plat d'une réforme sur la formation des enseignants.

C'est dans cette perspective que se situe le comité de lutte de l'IUFM Midi-Pyrénées. La place et le contenu des épreuves des concours de recrutement nous apparaissent comme une question cruciale qui conditionnera pour une large part la formation professionnelle et les Masters. Nous avons déjà organisé une journée d'études le 31 mars dernier pour élaborer des contre-propositions. La synthèse de ces journées peut-être consultée sur notre blog : http://www.metier-prof.org/ ou directement au format pdf ou en diaporama

Nous souhaiterions avoir un échange avec les collègues des composantes, et des autres universités toulousaines, engagés dans la formation des enseignants et la préparation des concours. Le calendrier étant précipité, notre deuxième journée d'études a été prévue :

Vendredi 15 mai de 9 h 30 à 13 h à l'IUFM Saint-Agne, métro Saint-Agne.

Nous souhaiterions qu'un certain nombre d'entre vous viennent débattre avec nous sur cette question.

Le comité d'action de l'IUFM Midi-Pyrénées
École interne de l'Université de Toulouse 2 Le Mirail

A diffuser largement

vendredi 8 mai 2009

Place et contenu des concours


Essai de synthèse de la journée d'études du l'IUFM Midi-Pyrénées du 31 mars.




Prochaines rencontres
  • 14 mai 2009 : 14h30 Toulouse place du Capitole avec le personnel de la santé
  • 15 mai 2009 ; liaison avec l'université de rattachement
  • 6 juin 2009 : parents et associations complémentaires
  • 29 juin 2009 : finalisation



lundi 4 mai 2009

Projet de décret sur la formation et le recutement des enseignants

Un premier texte de projet de décret sur la formation et le recutement des enseignants vient d'être communiqué.

Le ministère de l'éducation nationale a mis en place 4 groupes de travail dont les dernières réunions vont avoir lieu très prochainement. Les syndicats (et non les centrales syndicales) sont consultés dans ce cadre.

A l'intérieur d'une même fédération, les mandats des différents syndicats peuvent différer,
car ils représentent des personnels ayant des positions différentes, et il n'est pas exclu que le ministère joue des oppositions catégorielles pour faire passer son projet.

Mon message s'adresse donc aux étudiants qui envisagent de préparer un concours de recrutement, aux enseignants et formateurs qui les préparent à ces concours ou à la profession d'enseignant ainsi qu'aux enseignants du premier et du second degré, également concernés par certaines de ces mesures.

Il s'agit de recueillir très rapidement votre avis sur les quelques points suivants :

1) Les études pour devenir enseignant.
Actuellement, les études durent 5 ans. La 5° année est une année de formation professionnelle en alternance, rémunéreé, qui confère le statut d'élève professeur. Elle constitue la première année de la carrière d'enseignant.
Dans le projet de décret les études dureront également 5 ans, mais la 5° année ne sera pas rémunérée et ne confèrera pas le statut d'élève-professeur. La carrière d'enseignant ne commencera que l'année suivante.

2) les conditions pour être recruté
Actuellement, il faut être titulaire d'une licence pour se présenter aux concours. Pour être recruté il faut être lauréat d'un concours et satisfaire les obligations du stage.
Cas particulier : l'agrégation : il faut justifier d'un diplôme supérieur à la licence pour se présenter au concours.
Dans le projet de décret, la licence suffira toujours pour se présenter aux concours, mais le concours lui-même ne sera ouvert qu'aux étudiants inscrits en 2° année de master. Pour être recruté, il faudra non seulement être lauréat d'un concours, satisfaire les obligations du stage, mais aussi être titulaire d'un master.

3) Affectation des professeurs une fois la titularisation obtenue
En ce qui concerne les professeurs des écoles, le projet de décret reprend une disposition figurant dans le texte actuellement en vigueur : les professeurs des écoles peuvent être affectés dans une académie autre que celle dans laquelle ils ont fait leur formation, si le nombre de postes vacants dans cette académie n'est pas suffisant. Mais l'alinéa suivant est supprimé : "ils sont préalablement informés des départements qui leur sont proposés"

4) Revalorisation de la rémunération des enseignants
Le projet de décret n'en traite pas (ce qui est normal). Mais le communiqué du ministre précise qu'il s'agit de la revalorisation des débuts de carrière, et non de la revalorisation des salaires sur l'ensemble de la carrière. Cette revalorisation peut prendre la forme d'un simple passage plus rapide d'un échelon à l'autre dans les débuts de carrière. Quoi qu'il en soit, il est évident qu'elle ne compensera pas la perte d'un an de salaire et ne bénéficiera pas (ou de façon très marginale) aux enseignants du primaire et du secondaire déjà anciens dans la carrière.
Notons que si la carrière de professeur titulaire d'un master se trouvait plus intéressante financièrement que la carrière actuelle des professeurs, elle ne serait pas pour autant accessible aux enseignants déjà en poste: le projet de décret précise que les professeurs des écoles stagiaires et titulaires ne peuvent se présenter aux nouveaux concours.

5) le sort des étudiants qui ont échoué de peu aux concours
Actuellement les étudiants qui passent le concours de professeurs des écoles et qui ont échoué de peu au concours peuvent être recrutés sur liste complémentaire durant une année au cours de laquelle ils sont salariés. A l'issue de cette année, ils intégrent la formation en qualité d'élèves professeurs.

Dans le projet de décret, le recrutement d'enseignants sur liste complémentaire est supprimé.
L'obligation d'être à la fois lauréat d'un concours et titulaire d'un master pour devenir professeur stagiaire permet que se constituent des cohortes d'étudiants ne satisfaisant pas simultanément les deux conditions. Il s'agit d'étudiants de haut niveau, sans revenu, disponibles pour effectuer des vacations dans les établissements scolaires. Ce qui réduira le besoin de recruter et amènera à diminuer régulièrement le nombre de postes mis aux concours.

Sur tous ces points l'avis des étudiants et des professeurs en poste est absolument nécessaire pour éclairer les commissions. Merci de communiquer votre avis d'urgence aux syndicats qui vous représentent et d'inciter vos collègues à le faire.

Sylvie PLANE

Dernières minutes

Le groupe de travail rassemblant ministères et syndicats consacré aux «mesures transitoires » s’est déroulé ce matin. Le Ministère de l’Education Nationale ayant rappelé les anciennes positions du gouvernement, la FSU et l’ensemble des organisations syndicales –dont l’UNEF– ont insisté sur la nécessité que les conditions d’inscription aux concours et de stagiairisation pour l’année 2010 soient lisibles pour les étudiants et qu’elles ne préjugent pas du dispositif final.

La FSU a présenté deux demandes pour la session 2010 :
  • qu’il n’y ait pas d’obligation de s’inscrire en M1, mais que lapréparation des concours puisse donner l’équivalence du M1 ;
  • qu’il n’y ait pas de report d’un an pour la stagiairisation d’aucun des lauréats du concours 2010, la titularisation devant se faire sans exiger le M2.
Le directeur de cabinet du Ministère de l’éducation Nationale a fait la synthèse des points soulevés par les participants pour l’année 2010 de transition : conditions d’inscription, attribution des ECTS de M1 et possibilité d’inscription en M2, stages des étudiants, nomination comme fonctionnaire stagiaire et contenu de cette année –point nodal pour obtenir un réel report–. Il a affirmé « on va réfléchir ». La prochaine réunion sur ce thème est le 13 mai.

Michel BERNARD

Projet de décret
Les élections européennes arrivent avec les remaniements ministériels. Ils passent en force. Nous devons nous mobiliser et refuser les négociations sans retrait complet des réformes.

Actions :

Communiqué de l'intersyndicale de l'UTM CGT, FO, FSU, SUD


Avec la 9e Coordination Nationale des Universités, l'intersyndicale de l'Université Toulouse 2 le Mirail (CGT, FO, FSU, SUD) appelle les enseignants-chercheurs et le personnels BIATOS à ne pas organiser les examens et ce jusqu'à satisfaction de nos revendications :
  • Abrogation de la LRU et du Pacte pour la Recherche
  • Retrait du projet de réforme de la formation et du recrutement des enseignants des premier et second degrés qui menace à très court terme le système public d'éducation
  • Retrait du décret sur le statut des enseignants-chercheurs et le CNURetrait du contrat doctoral unique
  • Rétablissement des postes supprimés en 2009, mise en place d'un plan pluriannuel de création d'emplois statutaires concernant l'ensemble de la communauté universitaire et résorption de la précarité
  • Opposition aux principes de dotation budgétaire (système SYMPA), qui mettent dès à présent en danger les filières technologiques universitaires (IUT, IUP, IUFM, etc…)
  • Arrêt du démantèlement des organismes publics de recherche et réaffirmation de leur rôle d'opérateur de recherche
  • Opposition aux mesures qui conduisent à la précarisation des étudiants (démantèlement des CROUS, augmentation prévisible des frais d'inscription, etc…)
Localement, elle rappelle son opposition au projet de réforme de l'ARTT du président Filâtre. Elle demande l'application immédiate de la garantie qu'il a publiée, suivie de la reprise des discussions sur les autres points de l'accord social.L'intersyndicale appelle l'ensemble des personnels à :
  • Participer massivement à la manifestation du 1er mai (rendez-vous UTM : 10h30, place Jeanne d'Arc) ;
  • Venir nombreux à la prochaine AG des personnels : mardi 5 mai 9h30, amphi 8.
Communiqué du SNESUP de l'université de Toulouse II le Mirail du 1° mai.
Lors de la première AG des étudiants où le blocage de l’établissement a été voté, le SNESUP a été alors le seul syndicat des enseignants chercheurs de l’UTM à appeler les étudiants à ne pas recourir à cette modalité de lutte.

De même, le SNESUP est intervenu le jour où des étudiants ont occupé les locaux de l’administration centrale pour leur demander de se retirer des lieux, pendant que la présidence, s’apprêtait à faire appel aux forces de l’ordre.

Alors que la mobilisation dans les composantes de l’UTM durant les quatre premières semaines donnait lieu à des débats riches et unificateurs, le SNESUP considère que ces modalités d’action peuvent avoir des effets démobilisateurs sur la durée et procurent un prétexte à certains pour déplacer le débat du fond à la forme.

Pour autant, s’il ne partage pas ces formes d’action notamment l’occupation de la présidence, le SNESUP ne fuit pas ses responsabilités et ne se trompe pas de cible ! Il déclare qu’il partage les inquiétudes des étudiants sur leur avenir et tient à exprimer son entière solidarité avec les étudiants en lutte. (lire la suite)