jeudi 12 mars 2009

Masterisation : la réforme s'appliquerait pleinement pour les concours 2011 après une année transitoire



Dépêche n°110730
le 12/03/2009

Masterisation : Xavier Darcos et Valérie Pécresse invitent les syndicats à discuter de l'organisation d'une année transitoire

« Les deux ministres invitent les organisations représentatives à discuter (...) de la définition du processus abouti de la réforme en 2011 et l'organisation de l'année transitoire », indiquent les ministères de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur et de la Récherche dans un communiqué diffusé ce jeudi 12 mars 2009 sur la réforme du recrutement et de la formation des maîtres, dont l'AEF a donné une première version dans l'après-midi (L'AEF n°110694). « L'enjeu de cette réforme est qualitatif : une meilleure qualité de la formation des futurs enseignants, une meilleure qualité de l'enseignement délivré à nos élèves et la meilleure utilisation du potentiel de formation des universités. Mais cette rénovation est également l'occasion de mieux accompagner, dès la rentrée scolaire 2010, les jeunes enseignants lors de leur entrée dans le métier et de revaloriser substantiellement leur salaire », soulignent les ministres.

La communication ministérielle acte la pleine application de la réforme à la session 2011, la mise en place en 2010 d'une année de transition, autour des points suivants.

1) « A l'issue des consultations et rencontres des dernières semaines, Xavier Darcos et Valérie Pécresse ont apporté les précisions suivantes sur cette réforme, dont le processus sera lancé dès la session 2010 des concours, conformément aux principes énoncés dans la charte signée par les deux ministres le 30 septembre dernier. Cette réforme verra son aboutissement à l'occasion de la session des concours 2011. Les conditions définitives de la masterisation des enseignants feront l'objet d'une discussion avec les organisations représentatives et les acteurs concernés. Elles seront examinées par une Commission de concertation et de suivi, coprésidée par un président d'université et un recteur. Cette commission associera les associations syndicales représentatives.

Cette commission, qui réunira en nombre égal des membres de l'enseignement supérieur et de l'éducation nationale, aura pour objectif de faire aux ministres concernés des recommandations notamment sur l'articulation entre les masters et les concours, sur la question de l'adossement à la recherche des masters, sur les éventuelles adaptations que pourront connaître les épreuves et l'organisation des concours et sur les ajustements pour certaines disciplines professionnelles de l'enseignement professionnel. .....


Dépêche n°110682 le 12/03/2009

Masterisation : les « épreuves professionnelles » pourraient être suspendues pour les concours 2010 du second degré

« Un communiqué commun du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère de l'Éducation nationale devrait faire la synthèse des " avancées " obtenues dans les discussions informelles de ces derniers jours avec les syndicats d'enseignants et inviter les organisations syndicales à une nouvelle concertation », indique « Le Monde » dans son édition datée du 13 mars 2009.

Selon les informations recueillies par l'AEF jeudi 12 mars, les deux ministères seraient en train de discuter avec les syndicats des termes de ce communiqué qui pourrait sortir en début d'après-midi. Ce document comprendrait 6 points.

Le communiqué pourrait notamment annoncer la suspension, à titre transitoire lors de la session 2010, des « épreuves professionnelles » inscrites aux concours du second degré. Elles pourraient être remplacées par une épreuve disciplinaire.

En outre, « les universités pourraient, si elles le souhaitent, bénéficier de dispositions transitoires pour un an ». ....

Dépêche n°110725 le 12/03/2009

Masterisation : « une année transitoire, mélangeant système actuel et projet de réforme risque de rajouter de l'incohérence » (CDIUFM)

« L'éventualité d'une " année transitoire " , mélangeant système actuel et projet de réforme risque de rajouter de l'incohérence », déclare la CDIUFM jeudi 12 mars 2009, dans le cadre des discussions en cours sur la réforme de la formation et des concours des enseignants. Selon des informations recueillies par l'AEF (L'AEF n°110694), Xavier Darcos et Valérie Pécresse s'apprêteraient en effet à annoncer que les universités pourront « faire évoluer, dès la rentrée universitaire 2010, leur offre de formation, soit en totalité, soit seulement pour la deuxième année des [masters] nouveaux proposés ».

Pour la CDIUFM, le projet de réforme du recrutement et de la formation des enseignants est « englué dans une confusion totale ». Elle souligne également « l'absence de vision d'ensemble du dossier, l'empilement successif de mesures partielles le plus souvent en réponse aux revendications de tel ou tel groupe de pression » qui ont « plongé » ce projet de réforme dans « une totale incohérence ». « De ce fait, alors que l'économie de moyens financiers était l'un des effets attendus de la réforme, cette incohérence et les concessions qui ont été faites risquent de faire en sorte que cette réforme coûte plus cher qu'elle ne rapporte », ajoute la conférence. Elle demande à la CPU d'organiser, avec elle, « de toute urgence, dans toutes les régions des États généraux de la formation des enseignants ».

« TROP TARD » POUR UNE MISE EN OEUVRE EN 2009

Il est « trop tard », selon la CDIUFM, « pour une mise en oeuvre, en l'état, de cette réforme à la rentrée de septembre 2009, sauf à affaiblir considérablement la qualité attendue des nouveaux dispositifs de formation ».


Le monde

Xavier Darcos et Valérie Pécresse devraient faire, jeudi 12 mars, un "geste" significatif et conjoint sur le dossier de la "mastérisation", c'est-à-dire la réforme généralisant le recrutement des enseignants au niveau master, bac + 5, qui reste au cœur de la contestation universitaire.....
....
Le gouvernement propose d'abord un renforcement des possibilités de formation (familiarisation avec le métier d'enseignant) avant le concours, pour les étudiants en master 1 et 2 :

  1. En master 1, des stages d'observation et de pratique accompagnée de 108 heures. Ils pourraient concerner jusqu'à 100 000 étudiants.
  2. En master 2, des stages "en responsabilité" (devant une classe) de 108 heures également. Ils concerneraient 50 000 étudiants. Ils feraient l'objet d'un double accompagnement : sur le terrain par un professeur "référent" et à l'université par un maître de stage. Ils donneraient lieu à une rémunération (une fois 3000 euros).
Une série de mesures sont également attendues sur les modalités et le montant des bourses.
La réforme de la formation des enseignants sera étalée mais pas reportée

....Sur le fond, la réforme reste inchangée : le concours de l'éducation nationale nécessitera un mastère, au lieu d'une licence, une formation adaptée sera mise en place dans les universités, et les IUFM, qui assuraient un an de formation avec une alternance de cours et de stages, vont disparaître. La réforme de la formation des enseignants des premier et second degrés est devenue le sujet qui cristallise le plus les mécontentements dans le monde de l'éducation, depuis la maternelle jusqu'aux universités.
Les concessions du gouvernement sur les universités

Sur la mastérisation du parcours des professeurs

  • Xavier Darcos, en accord avec Valérie Pécresse, devrait présenter le 12 mars des aménagements de sa réforme de la formation des enseignants. Les points principaux resteraient inchangés : le concours de l'éducation nationale nécessitera un master (et non plus une licence), une formation adaptée doit être mise en place dans les universités, et les IUFM vont disparaître.

Une des principales critiques de ce projet est le manque de formation pratique des futurs enseignants. Les IUFM assuraient un an de formation avec une alternance de cours et de stages. Xavier Darcos donnerait aux étudiants du master enseignement la possibilité d'effectuer cent huit heures dans des classes, soit trois semaines de stage chacune des deux années de leur formation. Xavier Darcos tient à appliquer sa réforme dès septembre 2009, alors que les présidents d'université lui ont demandé de la reporter d'un an, pour pouvoir mieux préparer les nouvelles formations et les nouveaux concours.

Réponse de Jeanny PRAT

Les concessions du gouvernement sur les universités" ça commence dans le titre ... : déjà rien que le terme de "concessions" est inacceptable

Sur les suppressions de postes : il est facile pour le gvt de dire qu'il n'en supprimera plus maintenant qu'il en a supprimé un max en 2 ou 3 ans
  • - et on ne parle que du supérieur, on oublie le secondaire, et leprimaire - voire on amalgame le tout, en une seule phrase. C'est ça, le journalisme du XIXè siècle ? l'absence d'info précise ?
  • "et les IUFM vont disparaître." : là, on atteint le summum de la non-information, de la désinformation.
A croire que cet "article" (??) a été écrit par un membre du gvt actuel.

Enseignante en collège, formatrice "permanente provisoire" en IUFM (si vous ne savez pas ce que c'est, n'hésitez pas à me contacter : je vous expliquerai où se cache une certaine forme de précarité chez les fonctionnaires de l'éducation !)


2 commentaires:

Webmaster a dit…

Encore une dépêche qui précise les choses sur le soit disant concessions de Darcos !!! Si c’est ça qui a royalement été négocié par le super syndicat du second degré, on nage dans le progressisme !!!!

Pour les concours du second degré on dégage les épreuves professionnelles. C’est vrai que pour affronter une classe, des élèves, des ados, c’est complètement inutile !!! Je déverse mon savoir et ils ingurgitent gentiment… bine sur tout le monde sait que c’est comme ça que cela se passe !!!

Super la formation pour les stagiaires !!! Du tutorat par des collègues non formés, non préparés et puis de la formation « établissement » fait par l’université. Et quand cela ? Ben après la classe. Dans le premier degré ça être le mercredi (et encore si il n y a pas animation pédagogique… donc il reste le we ou alors les vacances….. des fois que les stagiaires auraient encore du temps libre après leur service en classe !!! Dément !!!!
Et nous EMF, le tutorat s’appuiera sur nous. Ca veut dire quoi ? Du boulot en plus pour former les tuteurs ? Du boulot en plus pour voir des dizaine de milliers d’étudiants et de stagiaires !!! Génial. Quel progrès !

Cerise sur le gâteau, une super revalo, dont on ne connait rien. Et la mienne de revalo, avec le surplus de travail que je vais avoir, je la vois quand ? Mais bon le SNES va sans doute aussi négocier pour les profs des écoles !!! Tant qu’ il y est.

Et pour le final, des masters à la carte, exit le cadrage national et surtout exit la formation professionnelle pour le second degré. Pas un mot sur les PE, les CPE, les PLP et ces pauvres profs d’EPS… faut dire que pour certains l’élite de la nation enseignante ce sont les certifiés … évidemment !

Noémie, toujours EMF et toujours aussi dégoutée de ces petits arrangements !!!

Webmaster a dit…

oucher en colère, réveil énervé
Oui à une réunion mercredi plus tôt du comité d'action.
Oui à des actions plus dures
Oui à la préparation 'argumentaires solides pour convaincre la
population que 216h de stage accompagné sur 2 ans ne formeront pas des enseignants.
Oui pour que l'IUFM soit l'interlocuteur majeur de cette lutte.
OUI A UNE GREVE DURE ET GENERALE
NOUS usagers, et surtout VOUS, formateurs, BIATOS devons dire notre colère et montrer notre détermination à ne pas nous retrouver à la rue dès l'année prochaine.
Michel MONESTES