mardi 10 février 2009

Lettre de Daniel Filâtre, président de Toulouse II le Mirail



Madame, Monsieur, Cher (e) collègue,


Suite aux tentatives du gouvernement d'imposer à la communauté universitaire des réformes précipitées, notre université connaît à nouveau une période difficile. Je comprends les réactions qui se font jour et les partage pour la plupart. Je voudrais vous témoigner ma solidarité.

Ce mouvement prend une forme particulière parce que notre campus du Mirail est ouvert et vivant ; les étudiants sont accueillis et, en parallèle à certains cours, des débats et des forums ont lieu. Nous sommes nombreux à nous en réjouir. Même dans des moments de protestation, il est indispensable que l'université vive et que personnels et étudiants soient présents.

Le mouvement actuel concerne d'abord la révision du décret de 84 sur le statut des enseignants-chercheurs. Comme beaucoup d'entre vous, je considère indispensable une évolution de celui-ci. En effet, on ne peut durablement demander aux enseignants-chercheurs d'assumer toutes les tâches sans en reconnaître l'importance, tout comme il est nécessaire de considérer que la carrière professionnelle peut connaître des variations et des évolutions.

En revanche, on ne peut réviser ce statut sans une large concertation sur le métier d'enseignant-chercheur. C'est pourquoi il est indispensable de revenir sur le calendrier imposé, de suspendre la publication du décret et de réfléchir collectivement à cette question. C'est la position que je défends auprès des autorités ministérielles. Je pense sincèrement que l'on ne peut réviser ce statut sans l'accord du plus grand nombre, sans une réflexion approfondie quant à l'évolution de ce métier, l'évaluation, la place de la collégialité, le rôle des instances centrales et locales. C'est la raison qui me pousse à proposer un échange avec les enseignants et enseignants-chercheurs dès mercredi matin 11 février.

Le mouvement porte également sur la réforme visant à préparer les futurs enseignants dans le cadre d'un master. Cette réforme amène également beaucoup d'oppositions mais de manière plus complexe parce qu'elle peut concerner le fond comme la méthode employée. La précipitation imposée par le gouvernement rend problématique toute organisation de formations de qualité pour la rentrée prochaine. Nous ne transmettrons donc pas ces maquettes à la date prévue. C'est une décision difficile car, quel que soit le cadre de la rentrée prochaine, il sera nécessaire d'offrir des formations aux métiers de l'enseignement en associant toutes les composantes de l'université. C'est notre responsabilité vis-à-vis des étudiants. C'est pourquoi j'appelle à un report d'une année la mise en place du nouveau concours et des nouvelles maquettes.


La protestation concerne enfin les moyens accordés aux universités en même temps que l'autonomie. J'ai eu l'occasion de faire savoir mon désaccord profond sur la suppression de six emplois pour 2009. De toute évidence, le nouveau système d'attribution des moyens ne prend pas en compte la nature exacte de notre situation. Seul un engagement plus important et pérenne de l'Etat pour l'université est à même de répondre aux défis de la formation et de la connaissance. Je poursuivrai cette revendication, soyez-en assurés. Beaucoup craignent également que les réformes en cours fragilisent les personnels, notamment les personnels BIATOS. J'entends cette crainte et en même temps, nous devons améliorer la gestion de nos ressources humaines. C'est pour
aborder cette question que je me propose de réunir les personnels BIATOS, jeudi 12 février après midi.

Aux raisons précédemment évoquées s'ajoutent des inquiétudes très fortes concernant le devenir de la recherche publique : réforme du CNRS, précarisation des jeunes chercheurs... La semaine qui vient sera certainement perturbée.

Je souhaite que nous conservions notre cohésion et ouvrions pour accomplir au mieux nos missions universitaires. Dans cet esprit, le congrès de l'université qui rassemble les élus de nos instances centrales se réunira jeudi 12 février au matin.

Soyez assurés, Madame, Monsieur, Cher (e) collègue, de ma détermination et de mon implication au service de notre établissement.

Daniel FILÂTRE
Président de l'Université

Message de la part de Marc Bru

Le Président de l'Université Toulouse II a annoncé deux rencontres, l'une avec les personnels enseignants et enseignants chercheurs l'autre avec les personnels BIATOS.
Ces réunions se tiendront Amphi 8 à l'UTM, le mercredi 11 février à 9h pour les enseignants et enseignants chercheurs et le jeudi 12 février à 14h30 pour les personnels BIATOS.

A cet effet, les activités habituelles seront suspendues (le mercredi 11 matin pour les enseignants et enseignants chercheurs et le jeudi 12 après-midi pour les BIATOS) pour celles et ceux qui souhaitent participer à ces réunions organisées par le Président de l'Université.

Marc Bru
Administrateur Provisoire de l'IUFM

Aucun commentaire: