samedi 7 février 2009

Sauvons la recherche





Réponse à la provocation présidentielle du 22 janvier
par Alain Trautman


Ecouter et voir sur le site de l’Elysée le discours sur l’avenir de la recherche que N. Sarkozy a prononcé le 22 janvier 2009 est un exercice instructif et éprouvant. Dans ce discours était confirmée la mise en place d’un comité de 18 personnes, toutes nommées par le gouvernement (7 universitaires, 6 chefs d’entreprise, 5 personnalités politiques ou de la haute administration), connues pour leur positions proches du gouvernement en la matière, et chargées de rédiger très rapidement et en toute indépendance un rapport dont une des principales conclusions était annoncée à l’avance : retirer au CNRS la gestion de ses laboratoires et de ses personnels, le transformer en un ensemble de petites agences de répartition des moyens financiers pour la recherche, dans des laboratoires désormais universitaires. Cette année devrait donc voir la fin du CNRS, la fin d’un des centres de recherche les plus réputés au niveau international, le centre qui vient d’obtenir le plus de financements européens pour des jeunes équipes de recherche de pointe, un centre qui attire d’ailleurs de nombreux étrangers (actuellement, 20% des recrutements). Ce Centre, N. Sarkozy a décidé de s’en débarrasser, et vient de choisir soigneusement des personnalités qui pourraient donner leur caution à cette opération.

Ce discours a provoqué la honte et la colère de nombreux scientifiques. Honte d’avoir un tel Président pour la France. Là où l’on pourrait espérer la hauteur de vue d’un homme décidé à bâtir, on a vu un homme qui semble toujours vouloir remettre en place, de façon pathétique, un habit de président bien trop grand pour lui. Dans Mesure pour Mesure, Shakespeare parle de ces « Grands de la terre » enivrés de pouvoir, qui n’ont d’autre projet que de « remplir le ciel de tonnerres, rien que de tonnerres ». Il les décrit ainsi : « … Mais l’homme, l’homme vaniteux, drapé dans sa petite et brève autorité, connaissant le moins bien ce dont il est le mieux assuré, sa fragile essence, il s’efforce, comme un singe en colère, à faire à la face du ciel des farces grotesques qui font pleurer les anges et qui, s’ils avaient nos ironies, leur donneraient le fou-rire des mortels. » Celui qui annonçait qu’il allait casser le CNRS avait-il la dignité d’un Président de la République, ou mimait-il la mine menaçante, méprisante de ceux qui, dans une bande se préparent pour une baston et brûlent d’en découdre ?


Aucun commentaire: