dimanche 1 février 2009

Coordination nationale sur la formation des enseignants


MOTION (adoptée à l’unanimité)

La coordination nationale des personnels des IUFM et des départements universitaires impliqués dans la formation des enseignants, réunie à Paris le 31 janvier en présence d’une centaine de participants venant de 15 académies, exige :
  • le retrait de la réforme des concours et de la formation des enseignants ;
  • le maintien des concours dans leur configuration actuelle et un recrutement à la hauteur des besoins, ainsi que le maintien de l’année de formation en alternance rémunérée après le concours ;
  • l’ouverture de négociations pour une autre réforme de la formation et du recrutement, qui respecte l’existence et la vocation des IUFM à être au cœur de cette formation, qui permette la reconnaissance du haut niveau de qualification et qui tienne compte de la nécessaire formation professionnelle après la réussite au concours.
La coordination appelle au non-dépôt des maquettes de master et à la grève à partir du 2 février.

Paris, Sorbonne, 31 janvier 2009

Une commission permanente a été cooptée.

Elle comprend :

  • Marie-France Carnus, IUFM Midi-Pyrénées, Université Toulouse 2 - Le Mirail
  • Alain Castaneda, IUFM de Versailles, Université de Cergy-Pontoise
  • Marie-Albane De Suremain, IUFM de Créteil, Université Paris 12
  • Jean-Louis Fournel, pour SLU (ou un autre représentant de SLU)
  • Didier Frydman, IUFM de Créteil, Université Paris 12
  • Aude Gerbaud, IUFM de Créteil, Université Paris 12
  • Martine Gest, IUFM de Haute Normandie, Université de Rouen
  • Ruben Ibanez, IUFM de Versailles, Université de Cergy-Pontoise
  • Nicole Orthous, IUFM de Lyon, Université Lyon 1
  • Antoine Pelletier, pour le SNUIPP Paris
  • Agnès Perrin, IUFM de Grenoble, Université Joseph Fourier de Grenoble
  • Sylvie Plane, IUFM de Paris, Université Paris 4
  • Claire Pontais, IUFM de Basse Normandie, Université de Caen Basse-Normandie
  • Michel Solonel, IUFM de Créteil, Université Paris 12

Quinze IUFM envisagent de bloquer les maquettes des futurs master


La réforme des concours d'enseignement se heurte à la résistance des IUFM. La Sorbonne accueillait le 31 janvier une centaine de représentants de 15 IUFM (Toulouse, Versailles, Créteil, Basse Normandie, Lyon, Grenoble, Paris 4 etc.) constituant une "coordination nationale sur le formation des enseignants". La ccordination a voté "le retrait de la réforme des concours et de la formation des enseignants", le maintien des concours dans leur configuration actuelle et "l'ouverture de négociations" sur les futurs concours.


Ce mouvement fait suite à la décision gouvernementale de réformer la formation des maîtres en supprimant l'année de stage et hissant le concours au niveau d'un master II.


Dans chaque académie, actuellement, ont lieu des négociations entre l’IUFM, les différentes UFR et le Rectorat pour construire les «maquettes de formation» qui doivent être déposées avant le 15 février. Selon les termes de l’accord du 30 septembre 2008 entre les ministres, les directeurs d’IUFM et les présidents d’universités, les formations devraient articuler quatre dimensions :

- disciplinaire (ou multidisciplinaire)

- épistémologique (histoire des disciplines et de leur enseignement)

- didactique (comment les savoirs se transposent-ils dans l’enseignement)

- professionnel (métier d’enseignant et éthique)


C’est une des difficultés essentielles : selon les catégories (profs d’école, profs de lycée et collège, profs de lycée professionnel, CPE…), les équilibres sont différents. Certains privilégient les connaissances disciplinaires, quand d’autres composantes insistent sur l’importance de la préparation au métier, par la mise en stage et par l’analyse des difficultés rencontrées. De plus, la concurrence est souvent rude, entre telle ou telle UFR et l’IUFM, pour savoir qui pilote, qui décide, avec les conséquences économiques à la clé (postes et droits d’inscription), dans un contexte budgétaire tendu à l’Université


La coordination regroupe un courant qui, depuis plusieurs mois, explique que la réforme va trop vite pour que les nouvelles formations soient correctement dessinées et s'inquiète du devenir des étudiants obligés de poursuivre leurs études deux années supplémentaires. Récemment le ministre a apporté des assurances sur les stages professionnels et quelques avantages financiers pour les étudiants. Mais les uns et les autres sont-ils suffisants ?

Le blog de l'IUFM Midi Pyrénées

Janvier nouvelles annonces

Dossier Masterisation

Des mesures précipitées

Pkus d'étude, moins de formation

1 commentaire:

coordinationiufm86 a dit…

Bonjour, nous sommes un collectif de l'IUFM de Poitiers, occupé depuis le 5 février. Nous souhaitons rejoindre la coordination nationale des personnels iufm.
Voici notre mail:
coordination.iufm86@gmail.com

voici l'adresse de notre blog :
www.coordinationiufm86.blogspot.com