mardi 15 décembre 2009

Conseil d'école animé


Actions des sites de FOIX et RODEZ

Conseil d'école sur la site de Saint-Agne





Interventions (suite)




Émotions au conseil d'école de l'IUFM Midi-Pyrénées.

Dernier choeur de la comédie ballet intitulée "L'amour médecin" (texte Molière musique Lully). Les trois personnages allégoriques : La comédie, La musqiue et Le ballet y chantent à trois voix.


L’Amour médecin
Scène dernière


  • LA COMÉDIE, LE BALLET ET LA MUSIQUE, CLITANDRE, SGANARELLE, LUCINDE, ÉLISETTE.
  • LA COMÉDIE, LE BALLET ET LA MUSIQUE, tous trois ensemble.


Sans nous tous les hommes,
Deviendraient mal sains,
Et c'est nous qui sommes
Leurs grands médecins

LA COMÉDIE.
Veut-on qu'on rabatte,
Par des moyens doux,
Les vapeurs de rate
Qui vous minent tous?
Qu'on laisse Hippocrate,
Et qu'on vienne à nous.
TOUT TROIS ensemble.
Sans nous….



Daniel Filâtre : Président de l'université de Toulouse II - Le Mirail



Journée de mobilisation à l'IUFM Midi-Pyrénées


Texte présenté au conseil d'école du 15 décembre et approuvé.



Nous, personnels et usagers de l’IUFM Midi-Pyrénées école interne de l’Université Toulouse 2 réaffirmons qu’Enseigner est un métier qui s’apprend ! Nous refusons la réforme actuelle de la formation des enseignants et exigeons d’autres choix !


Avec les 19 signataires du communiqué intersyndical, nous jugeons inacceptables en l’état les orientations présentées le 13 novembre dernier qui confirment la mise en place d’une réforme régressive pour la formation des futurs enseignants et bouleverse l’organisation de l’offre de master dans les universités. Ces orientations vont à l’encontre d’une démocratisation de l’accès aux métiers de l’enseignement et s’opposent à l’amélioration de la qualité de la formation :

  • La formation professionnelle des futurs enseignants est réduite à portion congrue alors qu’elle nécessiterait d’être renforcée afin de préparer les futurs enseignants à la diversité des missions qui leur sont confiées. Des lauréats au concours peuvent se retrouver devant des élèves sans avoir bénéficié ni de stages ni de formation professionnelle.
  • L’absence d’articulation proposée entre concours et masters va non seulement rendre ingérable l’année de master 2 pour les étudiants (qui devront mener de front préparation des épreuves, mémoires de recherche, validation du master et éventuellement stage en responsabilité), mais elle s’oppose également à l’élévation du niveau de qualification en rendant impossible toute formation professionnelle et disciplinaire pendant l’année de M2.
  • Les IUFM sont cantonnés à l’éventuel encadrement des stages alors qu’ils constituent une composante essentielle de l’université au rôle, à l’expertise et aux compétences avérées, sur la formation des enseignants.
  • Aucun dispositif ambitieux d’accompagnement financier des étudiants n’est mis en place pour compenser l’allongement de la durée des études
  • Aucune garantie n’est apportée à la pérennité du maillage territorial et au maintien des centres départementaux en région.

Avec les 19 organisations signataires nous exigeons le retrait des décrets concernant la formation des enseignants et des textes d’application déjà publiés. Nous revendiquons la mise en place d’une réforme de la formation des enseignants qui réponde aux besoins du système éducatif et permette une véritable formation professionnelle des futurs enseignants. A savoir :


  • une réelle amélioration de la formation de tous les enseignants et la reconnaissance de celle-ci par l’obtention d’un master

  • de revenir sur la place des épreuves d’admissibilité au cours du cursus actuellement prévue par la réforme afin de garantir une place des futurs concours compatible avec la conception de masters de qualité intégrant toutes les dimensions nécessaires à l’exercice du métier.

  • une évolution du contenu des épreuves des concours fixées nationalement permettant d’évaluer les futurs enseignants sur l’ensemble des compétences indispensables à leur métier

  • un recrutement des futurs enseignants au même niveau pour tous les concours : PE, CPE, PLP, CAPET, CAPES, CAPEPS

  • un cadrage national des masters de formation aux métiers de l’enseignement intégrant une professionnalisation progressive et assorti d’une carte nationale des formations garantissant l’égal accès de tous sur le territoire à la préparation des concours.

  • une année de fonctionnaire stagiaire post-concours qui comporte au moins un mi-temps pour la poursuite de la formation professionnelle

  • des garanties réelles sur le rôle, les fonctions et les moyens humains et financiers des IUFM dans la formation des futurs enseignants au sein des universités

  • la mise en place de dispositifs d’accompagnement financier renforcés et pérennes pour les étudiants afin de garantir la mixité sociale du recrutement

  • des modalités adaptées pour les candidats des PLP des disciplines professionnelles et les non titulaires (VAE, cycle préparatoire…)

Parce qu’enseigner est un métier qui s’apprend, les personnels et usagers de l’IUFM Midi-Pyrénées école interne de l’Université Toulouse 2 se mobilisent aujourd’hui 15 décembre, journée nationale d’action pour la formation des enseignants pour exiger la mise en œuvre d’une réforme permettant une vraie formation professionnelle et garantissant une réelle élévation de la formation des futurs enseignants conforme aux attentes de la société.

dimanche 13 décembre 2009

Journée nationale et unitaire d’action pour la formation des enseignants


15 décembre 2009

MOBILISATION GENERALE
à l’IUFM Midi-Pyrénées
Ecole interne de l’Université de Toulouse 2-Le Mirail


L’avenir de nos enfants en dépend

Programme de la journée
  • 8h : Rendez-vous à l’amphithéâtre de Saint-Agne
  • 9h 15 – 9h 30 : cortège vers la salle du Conseil. « Occupation » du Conseil d’école
  • 9h 30 – 10h 30 (environ) : Lecture « animée » du communiqué intersyndical
  • 10h 30 – 12h : conférence de presse
  • 12h 30 – 14h : Rendez-vous à UT2 (amphi 2) pour la réunion sur la formation des enseignants organisée par la présidence
  • 14h 30 : AG avenue de Muret pour préparer la retraite aux flambeaux
  • 17h 30 : Marche aux flambeaux dans Toulouse
Pour que cette journée soit un succès, pour une autre réforme à la hauteur des enjeux,
VENEZ NOMBREUX !

Mardi 15 décembre la grève doit être totale !

Pourquoi faut-il refuser la réforme ?
Cette réforme remplace la formation des maîtres par le recrutement des maîtres.
Dés réussite au concours, les reçus prendront une classe en responsabilité :
  • avec moins de formation disciplinaire
  • avec presque plus de formation à la didactique des disciplines
  • avec aucune formation à la gestion de classe

La CDIUFM a fait un appel dénonçant clairement les conséquences dramatiques de cette réforme. Puis l’ensemble des organisations syndicales d’enseignants, de parents d’élèves, d’étudiants et de lycéens a fait un texte commun appelant au retrait des décrets d’application, et à la mobilisation pour le mardi 15.

  • La réussite de cette journée de grève dépend d’abord des formateurs. Ils sont les premiers concernés par la réforme. Il n’est pas admissible qu’ils n’en comprennent pas les enjeux. Concernant la semaine commune, la journée de mardi sera une journée de grève où la semaine commune s’arrêtera, de manière à éviter la situation consternante de l’année dernière.
  • Les étudiants doivent être rassurés sur les conséquences d’une éventuelle absence. Comme il n’y aura pas de cours, il n’y aura pas également de feuille d’émargement …
  • Les stagiaires ne sont pas tenus à la déclaration de grève préalable. Cela ne concerne (et encore ça se discute …) que les enseignants titulaires d’une classe. Et un préavis de grève a été déposée par TOUS les syndicats.
  • Les personnels enseignants et BIATOS seront aussi en grève, car leur avenir est plus qu’incertain, notamment parce que les sites départementaux sont menacés.







mardi 8 décembre 2009

Actions, décisons prises pour le 15 décembre 2009


Décisions de l'assemblé générale lors de la journée nationale des IUFM
  1. Il faut que mardi 15 décembre sera une journée de grève massive à l’IUFM
  2. Une réunion de préparation est déjà programmée jeudi 10 décembre de 12 h 30 à 13 h 30 avenue de Muret. Tout le y monde est invité, mais il serait sans doute bon de faire des réunions de préparation sur le maximum de sites.
  3. Une réunion du Conseil d’école est programmée pour le 15 décembre au matin. L’idée de la transformer en une manifestation pour le retrait de la réforme semblait rassembler un large consensus. Cela signifierait que l’on appelle le personnel et les usagers à y venir pour manifester, et éventuellement qu’on invite la presse.
  4. Pour la journée du 15 décembre, le personnel des restaurants étant vraisemblablement très majoritairement en grève, on pourrait organiser un repas collectif et autogestionnaire à midi (sur quels sites ?), puis des débats dans l’après-midi (sur quels sites ?), puis une ou plusieurs manifestations vers 18 h pour appeler les parents d’élèves à la rescousse, avec convergence place du Capitole. Puis en nocturne des débats encore par exemple avenue de Muret.
  5. Il faudrait programmer vite une intersyndicale pour se mettre d’accord de manière incontestable.
Dans la presse :
  • Métro : Les IUFM mobilisés pour une autre réforme de la formation des enseignants. A Toulouse, une vingtaine d'enseignants du collectif "Enseigner est un métier qui s'apprend" se sont rassemblés une heure à la mi-journée sur la place du Capitole pour une distribution de tracts.
    "La réforme des IUFM, c'est la fin de la formation, remplacée par le recrutement d'enseignants qui prendront leur poste après une préparation académique à l'université, mais sans formation pédagogique, parfois même sans stage en situation scolaire concrète", a déclaré à l'AFP un enseignant en IUFM, Jean-François Grelier.
    C'est "un galop d'essai" avant la journée du 15 décembre pour laquelle "on peut parier sur une grève extrêmement suivie dans les IUFM", a-t-il ajouté.
    La journée du 15 décembre est organisée à l'appel d'une large intersyndicale composée notamment des syndicats lycéens, de l'organisation étudiante Unef et des parents d'élèves de la FCPE. Le Sgen-CFDT a déposé des préavis de grève.
    Celle de lundi était organisée à l'appel des directeurs d'IUFM eux-mêmes, ce qui constitue "une première" et révèle "une vraie coupure entre les directeurs et les ministères" de l'Education nationale et de l'Enseignement supérieur, a-t-on expliqué à la CDIUFM.
    Les groupes de travail technique sur cette réforme, qui se sont réunis jusqu'en novembre et auxquels la CDIUFM a participé, laissaient présager "une issue positive", mais les arbitrages rendus le 13 novembre par les ministres Luc Chatel et Valérie Pécresse ont suscité "la déception et l'incompréhension", d'où l'appel à la journée de lundi, a-t-on expliqué.
    La réforme en question prévoit le recrutement des professeurs au niveau master 2 (bac+5) et de confier la formation aux universités via des masters.
  • Le monde : Les IUFM mobilisés contre la réforme de leurs cursus. Thomas, professeur des écoles stagiaire, voit dans ce projet la poursuite de la stratégie du "moins disant économique" : "non-remplacement de professeurs, augmentation du nombre de classes surchargées, suppression du Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté (Rased)... Au vu de la politique générale du gouvernement concernant l'éducation nationale, on peut légitimement s'inquiéter de toute initiative."
  • Libération : Réforme des IUFM : les enjeux du refus. Dans l'indifférence quasi générale, la France s'apprête à abandonner la formation très spécifique qu'elle donnait jusqu'à présent à ses enseignants. Les Instituts universitaires de formation des maîtres (IUFM) avaient pris la suite des Ecoles Normales pour former spécifiquement les professeurs d'écoles et de l'enseignement secondaire. A leur place, dès la rentrée prochaine, les formations seront assurées à la fac. Elles prépareront les étudiants aux matières à transmettre., beaucoup moins à la transmission elle-même, à la pédagogie. Hostile à cette évolution, le mouvement des enseignants des IUFM ne faiblit guère. Mais ne forcit pas non plus, n'emporte pas l'opinion.
  • Zinfos974 : Jean-Paul Gérard est professeur d’EPS (Éducation physique sportive) à l’IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres). Il a participé hier soir à une marche aux flambeaux à l'IUFM, en compagnie de 200 étudiants et enseignants qui ne veulent pas des réformes proposées.Cela ne signifie pas pour autant la fin de l’IUFM (Institut universitaire de formation des maîtres), selon le professeur d’EPS, “parce que nous sommes un vieux village gaulois et nous résisterons jusqu’au bout. Cela veut dire que nous essaierons de faire infléchir par des manifestations symboliques, ces réformes”.

vendredi 4 décembre 2009

La formation des enseignants devient enfin un enjeu collectif !


Deux initiatives viennent se compléter pour qu’enfin la question de l’avenir la formation des enseignants se pose publiquement. Toutes les deux commencent par affirmer « qu’enseigner est un métier qui s’apprend ».

D’une part la CDIUFM a fait un communiqué très critique sur le projet de réforme, et a appelé logiquement à une journée nationale de mobilisation dans les IUFM, et ceci pour lundi prochain 7 décembre.
D’autre part, la plupart des organisations représentatives d’enseignants, de parents d’élèves, d’étudiants et de lycéens se sont mises d’accord sur un texte un texte demandant « le retrait des décrets concernant la formation des enseignants et des textes d’application déjà publiés ».

Et elles appellent à une journée nationale d’action dans toute l’éducation nationale, pour le mardi 15 décembre. Ces deux initiatives nous donnent une lourde responsabilité. Nous, formateurs IUFM devons répondre présent, lundi 7 et mardi 15, dans la mesure de nos possibilités.


Assemblée Générale
Lundi 7 décembre
Site de Saint Agne
11 heures

Nous proposons donc :
  • De faire une réunion la plus large possible lundi matin à St-Agne, à 11 h. D’une part pour faire le point sur la situation, mais aussi pour organiser dans la foulée une manifestation visible par les médias, pour relayer à Toulouse les initiatives qui auront lieu dans tous les IUFM. Depuis St-Agne, il est simple de prendre le métro, des gilets jaunes, des pancartes et des banderoles pour aller manifester en métro Place du Capitole à 12 h 30.
  • De décider déjà d’une mobilisation pour le mardi 15, mobilisation dont on commencera à discuter les modalités lundi.
Que de mensonges Madame la Ministre !!!






jeudi 26 novembre 2009

Ensemble pour arrêter la destruction programmée !


Formation des enseignants et des CPE :


Jamais attaque contre la formation des enseignants n’aura été aussi violente. Dans leur exposé du 13 novembre aux organisations syndicales de personnels, les deux ministères ont présenté des orientations INACCEPTABLES qui condamnent la formation professionnelle des enseignants et des CPE, conduisent dès l’an prochain à la suppression des IUFM et à court terme à la déstructuration du service public d’éducation.

C’est une régression de la dimension professionnelle intégrée à la formation universitaire, à des situations intenables pour les étudiants tiraillés entre plusieurs objectifs concurrents en raison de l’allongement des études sans aide suffisante.
C’est la remise en cause de tous les masters déjà existant.

Biatos, enseignants, usagers nous sommes TOUS concernés.

Assemblée générale
Lundi 30 novembre à 12h30 Amphi 9

Ensemble, nous ferons le point de la situation et envisagerons les formes de la mobilisation.

Appel de l’IUFM Midi-Pyrénées


Formation des enseignants et des CPE :


Ensemble pour arrêter la destruction programmée !

Les personnels et usagers de l’IUFM Midi-Pyrénées, réunis en assemblée générale le 24 novembre 2009 dénoncent le projet destructeur du gouvernement de réforme et de recrutement des enseignants présenté le 13 novembre 2009 aux organisations syndicales des personnels.

Elaborées en dehors de toute concertation, au mépris de tous les acteurs de l’éducation, de la formation et de l’enseignement, de la maternelle à l’université ces orientations INACCEPTABLES condamnent la formation professionnelle des enseignants et des CPE, conduisent, dès l’an prochain, à la suppression des IUFM, écoles internes universitaires professionnelles et, à court terme, à la destructuration du service public d’éducation.

Ils alertent l’opinion publique, les jeunes se destinant aux métiers de l’enseignement, les parents d’élèves sur les graves conséquences de ces orientations qui font payer aux familles l’allongement des études, barrent l’accès au métier d’enseignant aux jeunes issus de milieux modestes, placent sans aucune expérience, formation et encadrement dès cette année des étudiants en face d’élèves et conduiront, dès l’an prochain les nouveaux lauréats des concours ainsi que les étudiants à prendre la responsabilité de classe sans avoir appris le métier.

Ils appellent tous les acteurs concernés de la maternelle à l’université, tous les citoyens, à faire converger leurs luttes afin qu’un FRONT UNIQUE, le plus large possible fasse barrage à la destruction programmée de la formation des enseignants et plus largement du service public d’éducation.

Ils demandent le RETRAIT de ce projet qui passe par l’ABROGATION des décrets relatifs aux modalités de recrutement des enseignants et des CPE publiés le 29 juillet 2009 malgré une vive opposition de l’ensemble de la communauté scolaire et universitaire et l’élaboration de contre propositions prenant en compte la complexité et l’évolution du métier d’enseignant, un métier qui s’apprend. L’avenir de l’école en dépend.

lundi 23 novembre 2009

Ensemble pour arrêter la destruction programmée !


Jamais attaque contre la formation des enseignants n’aura été aussi violente. Dans leur exposé du 13 novembre aux organisations syndicales de personnels les deux ministères ont présenté des orientations INACCEPTABLES qui condamnent la formation professionnelle des enseignants et des CPE, conduisent dès l’an prochain à la suppression des IUFM et à terme à la déstructuration du service public d’éducation.

Biatos, enseignants, usagers nous sommes TOUS concernés.


L’intersyndicale élargie de l’IUFM – Midi-Pyrénées, école interne de l’Université de Toulouse 2 Le Mirail appelle en urgence à une
  • assemblée générale :
  • Mardi 24 novembre à 8h 45 – 10h
  • Amphithéâtre du site de Saint-Agne

Ensemble, nous ferons le point de la situation et envisagerons la poursuite de la mobilisation.

Diffusez largement cette information aux personnels et usagers et venez nombreux !

Actions proposées lors de la journée du 24 novembre
  • 8 h 45 - 10 h : assemblée générale (site de Saint Agne)
  • 1o h : Manifestation : Rendez-vous Toulouse "Monuments aux morts.
  • 14 h 30 : Réunion intersyndicale à UT2



La réforme de la formation des enseignants telle qu’elle est proposée va à l’encontre de ce qui serait nécessaire ; elle est toujours inacceptable. De l’école maternelle à l’université en passant par le lycée, la voie professionnelle ou la formation des maîtres, les réformes mises en oeuvre ou projetées, pilotées par la volonté de réduction des moyens et de transformation « libérale » du système éducatif, se traduisent par la mise en concurrence, la diminution de l’offre de formation, la caporalisation et des pressions accrues sur les personnels et le dévoiement de leurs missions. Elles aggravent la situation et sont contraires aux objectifs de démocratisation affichés. ....la suite
Une parodie de concertation pour tenter de justifier de très mauvaises propositions.

Après avoir pris connaissance des annonces faites aux organisations syndicales le vendredi 13 novembre, le bureau de la CDIUFM affirme sa consternation face aux propositions des deux ministres en charge de la réforme de la formation et du recrutement des enseignants. ...... la suite

Jamais attaque contre la formation des enseignants n'aura été aussi violente. C'est la formation de tous les jeunes qui est en cause. Dans leur exposé du 13 novembre aux organisations syndicales de personnels, en prétextant faire de la réorientation des candidats ayant échoué à l'admissibilité un objectif premier, les deux ministères ont donné le ton. C'est maintenant confirmé : les candidats en échec seront malheureusement nombreux ! Faute de postes, c'est la mort annoncée des concours de la fonction publique et l'extension de la précarité qui sont programmées. la suite
La CPU ne peut pas accepter les propositions arrêtées par les ministres de l’Education nationale et de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la mise en œuvre de la réforme de la formation des enseignants. Telle quelle, la réforme n’est pas à la hauteur des enjeux et ne permettra pas d’atteindre les objectifs qu’elle se donne : améliorer la formation des futurs enseignants en élevant leur niveau de recrutement au niveau du master. ... (la suite)



mercredi 1 juillet 2009

Appel à Luc Chatel


Réforme de la formation des maîtres : il est encore temps de préserver l’avenir

(publié aussi dans libération du 1° juillet et dans le café pédagogique)

Le gouvernement a préparé des décrets qui lui donnent en partie les moyens juridiques de mettre en œuvre sa réforme de la formation des maîtres. Leur publication est imminente. Pourtant, sur le fond, cette réforme a suscité une opposition quasi unanime des instances universitaires, des organisations syndicales d’enseignants et d’étudiants, des associations professionnelles, des sociétés savantes, des mouvements pédagogiques, des parents d’élèves (FCPE), etc. Et quant à la méthode, les textes de ces décrets ont été rédigés avant la fin des discussions engagées avec les syndicats dans les « groupes de travail » et alors que la « commission de concertation » coprésidée par MM Marois, recteur, et Filâtre, président d’Université, avait à peine commencé ses travaux. C’est au point que la Conférence des présidents d’université (CPU) et M. Filâtre, coprésident de la commission, la Conférence des directeurs d’IUFM (CDIUFM), la Conférence des directeurs d’UFR de sciences (CDUS), la Conférence des directeurs d’UFR de lettres et sciences humaines (CDUL) ont dû décider de suspendre leur participation à cette commission, acte inédit dans les relations entre le gouvernement et l’Université. Au même moment, tous les syndicats exigeaient que les projets de décrets soient retirés de l’ordre du jour du Conseil Supérieur de la Fonction Publique d’État (CSFPE) et le Conseil National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (CNESER) demandait leur retrait.

L’actuel projet de réforme aurait pour conséquences une dégradation de la formation professionnelle des enseignants, une remise en cause du rôle des IUFM, la mise en danger des recherches en didactique des disciplines, une déstabilisation des équipes de formation et de recherche… Ne pouvant plus bénéficier d’un salaire au cours de la cinquième année d’étude, les étudiants les plus modestes auraient davantage de difficultés pour accéder au métier d’enseignant. De plus, si le gouvernement maintenait la suppression des 14 000 postes de stagiaires annoncée par Xavier Darcos le jour même de son départ, les lauréats des concours de 2010 se verraient imposer un dispositif de formation qui ferait passer leur obligation de service à deux tiers de leur horaire, au lieu de 40 % aujourd’hui, ne laissant plus assez de temps pour une formation professionnelle sérieuse.

La qualité de la formation des maîtres est une condition décisive de la réussite des élèves à l’école, au collège et au lycée et, au bout du compte, un élément déterminant du développement de la société aux plans économique, scientifique, culturel et humain. C’est pourquoi nous nous adressons au gouvernement de la façon la plus solennelle. Il ne peut pas avoir raison contre tous, il doit entendre les griefs des parties prenantes à l’égard de son projet. Il est encore temps de préserver l’avenir : nous appelons le nouveau ministre à suspendre durablement la publication des projets de décrets.

De plus, il doit garantir, mieux que ne le fait la circulaire Hetzel du 5 juin, qu’aucun étudiant ne sera lésé en 2009-2010. Il doit maintenir le bénéfice des conditions actuelles de la formation pour les lauréats de 2010. Il doit préserver les moyens donnés aux IUFM.

Nous lui demandons enfin de réunir les conditions d’authentiques négociations avec toutes les parties prenantes.

En entendant ces demandes, le gouvernement ferait preuve de sagesse et d’esprit de responsabilité. Il contribuerait à rendre possible une rentrée universitaire et scolaire dans un climat apaisé.
1er juillet 2009


Les 63 premiers signataires

Coordinations nationales :
  • Coordination Nationale Formation Des Enseignants (CNFDE)
  • Coordination Nationale des Universités (CNU)
Organisations syndicales de l’éducation nationale et de l’université :
  • FSU
  • SNUIPP-FSU (enseignants de l’école primaire)
  • SNES-FSU (enseignement secondaire)
  • SNESUP-FSU (enseignement supérieur)
  • SNEP-FSU (éducation physique)
  • SNUEP-FSU (enseignement professionnel)
  • SNPI-FSU (inspecteurs de l’éducation nationale)
  • FNEC-FP FO
  • SNUDI-FO (enseignants de l’école primaire)
  • SNFOLC (enseignement secondaire)
  • SNPREES-FO (enseignement supérieur et recherche)
  • CGT-Éduc’action (enseignement primaire et secondaire)
  • FERC Sup (enseignement supérieur)
  • FERC-CGT (recherche et culture)
  • SNPEFP-CGT (enseignement et formation privés)
  • SUD-Éducation
Mouvements et collectifs :
  • Sauvons la Recherche (SLR)
  • Sauvons l’Université (SLU)
  • Association pour la Taxation des Transactions pour l’Aide aux Citoyens (ATTAC) commission éducation
  • Appel des appels
Conférences :
  • Conférence des Doyens et Directeurs des UFR de Lettres, Langues, Arts, SHS (CDUL)
Associations de parents d’élèves :
  • Fédération des Conseils de Parents d’Élèves des Écoles Publiques (FCPE)
Associations et collectifs de spécialistes, sociétés savantes :
  • Société Mathématique de France (SMF)
  • Commission Française sur l’Enseignement de Mathématiques (CFEM)
  • Association des Professeurs de Mathématiques de l’Enseignement Public (APMEP)
  • Association pour la Recherche en Didactique des Mathématiques (ARDM)
  • Commission Permanente des IREM pour l’Enseignement Élémentaire (COPIRELEM)
  • Société Française de Statistique (SfdS)
  • Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles (SMAI)
  • Collectif national des responsables de préparation au CAPES et à l’agrégation de SVT
  • Association pour la Recherche en Didactique des Sciences et des Techniques (ARDIST)
  • Association Française des Enseignants de Français (AFEF)
  • Association Internationale pour la Recherche en Didactique du Français (AIRDF), section française
  • Collectif Promotion du Français et des Lettres
  • Association des Sciences du Langage (ASL)
  • Société Française Shakespeare (SFS)
  • Association Française des Études Américaines (AFEA)
  • Association des Professeurs de Langues Vivantes (APLV)
  • Société des Anglicistes de l'Enseignement Supérieur (SAES)
  • Association des Germanistes de l’Enseignement Supérieur (AGES)
  • Jury du CAPES d’Espagnol, à l’unanimité
  • Fédération Nationale des Associations d'Italianistes du Second degré (FNAI)
  • Société des Italianistes de l’EnseignementSupérieur (SIES)
  • Association Française des Catalanistes (AFC)
  • Association Française des Russisants (AFR)
  • Société Française des Études Japonaises (SFEJ)
  • Association des Professeurs de Sciences Économiques et Sociales (APSES)
  • Association des Professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG)
  • Société des Professeurs d'Histoire Ancienne de l'Université (SOPHAU)
  • Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (SHMESP)
  • Association des Professeurs de Musique et de musicologie de l'Enseignement Supérieur (APMESU)
  • Association des Enseignants et Chercheurs en Sciences de l’Éducation (AECSE)
  • Association Française d'Éducation Comparée et des Échanges (AFDECE)
Associations professionnelles :
  • Fédération Nationale des Associations de Maîtres E (FNAME)
  • Fédération Nationale des Rééducateurs de l’Éducation Nationale (FNAREN)
  • Association Générale des Enseignants des Écoles et classes Maternelles publiques (AGEEM)
Mouvements pédagogiques et d’éducation populaire :
  • Ligue de l’Enseignement
  • CRAP-Cahiers pédagogiques
  • Institut Coopératif de l’École Moderne-Pédagogie Freinet (ICEM)
  • Groupe Français d’Éducation Nouvelle (GFEN)
  • Collectif des Équipes de Pédagogie Institutionnelle
Voir le document complet toujours à jour

Télécharger l'appel
Les syndicats, associations professionnelles, sociétés savantes, collectifs… qui souhaitent se joindre à cet appel peuvent le faire en envoyant leur soutien et leurs coordonnées à appel.luc.chatel@gmail.com La liste des signataires sera mise à jour sur le site de la Coordination Nationale Formation Des Enseignants.


Lire ou Télécharger aussi Tartuffe, je te vois en soutiens à Alain Rafelo (texte d'andré OUZOULIAS)


mercredi 17 juin 2009

Toulouse IUFM : Programme de la journée d'études du 29 juin 2009


La formation des enseignants et des CPE : un choix de société. Construisons-là ensemble !

  • 9h - 9h 30 : Accueil des participants (IUFM -site Croix de Pierre- 118, avenue de Muret TOULOUSE)
  • 9h 30 - 10h : Sous couvert de revalorisation : la casse de la formation professionnelle des enseignants (présentation de la formation aujourd'hui et de celle de demain telle qu'on nous l'impose)
  • 10h - 10h 30 : Pour une formation professionnelle universitaire de haut niveau à la hauteur des enjeux et des missions confiées aujourd'hui à l'école. Présentation d'un scénario construit autour d'une logique de formation.
  • 10h 30 - 11h : pause
  • 11h - 13h : Discussions dans différents groupes : extraire ce qui fait débat. Quel avenir pour les IUFM ? Quelles évolutions? Quelles propositions ? Quelle structure académique interuniversitaire de formation des enseignants ?
  • 13h - 14h 30 : Repas (au plateau)
  • 14h 30 - 16h : Synthèse et débat.
  • 16h - 17h 30 : Rédaction d'un communiqué
PS : Compte tenu des nombreuses manifestations le 20 juin à Toulouse, la journée d'études prévue le 20 juin est annulée.

Inscription


Accès au site de l'avenue de Muret:

Protégeons la planète, choisissons les transports en commun pour rejoindre l'avenue de Muret
  • depuis gare Matabiau : métro ligne B jusqu'à ARENES (1,5 km à pied ou bus n° 34 qu'à Croix de Pierre)
  • depuis Rangueil : métro ligne B jusqu'à St Agne SNCF puis bus n° 34 arrêt Croix de Pierre
  • depuis Mirail : métro ligne A jusqu'à ARENES (1,5 km à pied ou bus n° 34 qu'à Croix de Pierre)
  • depuis aéroport : navette jusqu'à Jean Jaurès - métro ligne B jusqu'à ARENES (1,5 km à pied ou bus n° 34 qu'à Croix de Pierre)

Images d'archives




>

mercredi 10 juin 2009

Tous ensemble le 13 juin


La FSU appelle l’ensemble des personnels de la Fonction publique à tout faire pour assurer la réussite de la journée d’action du 13 juin en participant massivement aux manifestations unitaires dans toute la France rassemblant salariés du privé et du public, retraités, jeunes. : il s’agit de mettre patronat et gouvernement devant leurs responsabilités en exigeant des réponses urgentes sur un certain nombre de points prioritaires, depuis l’augmentation du SMIC et des minima sociaux à un plan pour l’emploi des jeunes en passant par l’abandon des suppressions de postes dans la fonction publique ou celui de la défiscalisation des HS et du bouclier fiscal.

Mais à un moment où le gouvernement entend faire passer en force le projet de loi mobilité dans la Fonction Publique en profitant de l’été (passage en commission prévu le 17 juin), où il affirme sa volonté d’aller plus loin dans les suppressions de postes avec l’objectif de 38000 emplois supprimés , où la RGPP poursuit la casse des services publics, où vont s’ouvrir des négociations salariales mais où la seule perspective semble être des mesures d’intéressement collectif, où il maintient l’essentiel d’un projet de réforme qui remet en cause la formation professionnelle des enseignants, ce doit être une occasion d’agir contre les projets gouvernementaux et pour nos reve,ndications.

La FSU affirme sa détermination à tout faire dans la Fonction Publique pour que l’intersyndicale s’oppose efficacement aux suppressions massives de postes et à la loi mobilité.
Au niveau de l’unitaire interprofessionnelle, elle proposera de construire les mobilisations permettant d’obtenir satisfaction.

MANIFESTATION A TOULOUSE :
  • départ 10 heures, Bd d'Arcole (près de la place Arnaud Bernard), angle rue Merly
  • arrivée place du Capitole

lundi 8 juin 2009

IUFM Toulouse : Motion votée lors de la commission formation du 8 juin 2009


Motion que nous avons voté à l'unanimité

"Alors que le ministère de l’éducation nationale cherche à imposer ses projets de décrets, le 5 juin, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche a anticipé sur leur publication. Il adressé aux présidents d’universités et aux recteurs une note de service qui les engage à commencer la mise en œuvre de la réforme de la formation des maîtres par la délivrance d’équivalences de M1 et de M2 aux candidats et lauréats des concours de recrutement de 2010.
Par delà les dispositions particulières envisagées par ce texte, il s’agit d’un manquement à la légalité. Aucun texte réglementaire n’ayant été promulgué jusqu’à présent pour modifier le recrutement et la formation des enseignants, cette note anticipe une réforme qui, pour l’instant, n’existe que sous forme de déclarations et de communiqués des ministres, mais n’a aucune existence juridique.
Dans ces conditions, cette circulaire est inapplicable."

Par ailleurs et vu l'urgence et la gravité de la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd'hui après un an de lutte, nous vous convions à une assemblée générale des personnels et des usagers :

  • Mardi 9 juin à 17h 30 sur le site de Saint-Agne (amphi).

A l'ordre du jour :

  • Le point sur la situation
  • CR de la 4ème coordination de la formation des enseignants qui s'est déroulée samedi 6 juin à Paris
  • Les modalités d'actions à venir
  • L'organisation des journées d'études du 20 et 29 juin prochain.
Au-delà de nos éventuels désaccords, il nous faut nous retrouver autour de l'essentiel afin de relancer la dynamique d'une mobilisation forte et visible. Le passage en force est imminent et il nous appartient de réagir.

lundi 1 juin 2009

IUFM Midi-Pyrénées : Motion présentée par les élus au conseil de l'école interne du 29 mai 2009


Le conseil de l'école interne de l'IUFM Midi-Pyrénées, réuni en séance le vendredi 29 mai ,s'élève vigoureusement contre les projets de décrets relatifs modification de la formation des enseignants présentés au CTPN du 28 mai 2009.

Le conseil de l'école interne constate que ce passage en force fait fi de la concertation nationale sur le recrutement et la formation des enseignants en cours. EN effet, la commission marois filatre doit rendre ses conclusions pour la mi-juillet. Les États Généraux de la CD-IUFM, parrainés par les deux ministres, doivent rendre leurs conclusions en juin.

Les IUFM ont une expérience de la formation professionnelle des enseignants, qui peut certes être améliorée, mais qui doit être conservée, valorisée et surtout pas être démantelée. Les membres du Conseil réaffirment leur attachement à une formation professionnelle de qualité répondant aux besoins de la nation, dans le cadre du service public d'éducation.

En conséquence, le conseil demande l'abandon immédiat des dispositions figurant dans les projets de décret et la prise en compte des conclusions et réflexions en cours.

Unanimité moins quatre membres qui ne prennent pas part au vote

lundi 25 mai 2009

IUFM Midi-Pyrénées : communiqué

Communiqué de l’AG des personnels et usagers

Lundi 25 mai 2009 à 12h 30

Malgré une opposition sans précédent, de la maternelle à l’Université, le ministère de l’Education a pris la décision de rendre publics les projets de modification des décrets régissant les conditions de recrutement des enseignants du 1er et 2nd degrés (PE, PLC, PLP, CPE) afin qu’ils soient débattus au comité technique paritaire ministériel du ministère de l’éducation nationale (CTPMEN) mercredi 27 mai 2009 puis présentés au conseil national de la fonction publique de l’état (CSFPE) le 12 juin prochain.

L’AG des personnels et usagers de l’IUFM Midi-Pyrénées dénonce et condamne la méthode scélérate qui consiste à profiter de faux reculs pour faire passer en force un projet désastreux qui engage l’avenir de l’école.

Elle souligne le mépris des acteurs consistant entre autre à ne pas attendre les conclusions des groupes de travail, de la commission Marois-Filâtre et les Etats Généraux de la CD IUFM pour engager dès l’an prochain un processus irréversible.

Elle constate une fois encore que l’intention réelle est bien la suppression des IUFM dont les textes ne font plus aucune mention.

Elle appelle, à l’occasion de la journée inter catégorielle du mardi 26 mai 2009, à un rassemblement des formateurs et des usagers à 7h 30 afin de bloquer le siège social avenue de l’URSS.

A 9h une conférence de presse sera donnée avant le départ à 10h pour un regroupement en place du Capitole.

Une AG des personnels et usagers est prévue à 16h sur le site de Saint-Agne. Elle définira les modalités d’actions à venir.

Une délégation est mandatée pour participer à la 4ème coordination nationale de la formation des enseignants (CNFDE). Le 6 juin à Paris.

La journée d’études, organisée par le comité d’action de l’IUFM Midi-Pyrénées, pour l’élaboration de propositions en vue de la contribution à un contre projet initialement prévue le 6 juin est repoussée au 20juin. Cette journée sera l’occasion de discuter avec les partenaires de l’école (parents d’élèves, associations, syndicats d’enseignants des 1er et 2nd degrés.

Le comité d’action de l’IUFM Midi-Pyrénées

dimanche 24 mai 2009

Le ministère passe en force


Jusqu’au bout, le gouvernement veut passer outre l’opposition des universitaires à ses réformes. Dernier exemple en date : alors que la commission Marois-Filâtre chargée de déminer l’épineux dossier de la réforme de la formation des enseignants doit rendre ses conclusions le 15 juillet, les projets de décrets instaurant la « masterisation »viennent d’être publiés. Ils doivent passer en comité technique paritaire ministériel (CTPM) le 27 mai, et au conseil supérieur de la fonction publique le 12 juin (médiapart 21 mai 2009 avec reprise par fabula
)

Textes en préparation examinés lors du prochain CTP du 27 mai

Réactions

IUFM Midi-Pyrénées Assemblée générale
  • Lundi 25 mai 2009
  • de 12 h 30 à 14 heures
  • Site Saint Agne - Amphithéâtre
Ordre du jour

Au niveau national
  • Point sur les décrets
  • Point sur les négociations syndicales et commission "Marois-Filâtre"
  • Préparation de la journée nationale interprofessionnelle du 26 mai
Au niveau local
  • Création d'une association loi 1901 "Enseigner est un métier qui s'apprend"
  • Conseil d'école du 29 mai
  • Actions en juin (dossiers, notes, ....)

Images d'archives

26 mai : Journée nationale interprofessionnelle

Les organisations CGT, CFDT, FO, CGC, CFTC, FSU, Solidaires, UNSA de la Haute-Garonne ont décidé de faire du mardi 26 mai un temps fort de mobilisation. Le collectif de l'IUFM avec tous les syndicats appelle les personnels des écoles à se mettre en grève et à se rendre, avec leurs revendications, dès 10 heures, au points de rassemblement à Toulouse - métro Saint Agne pour converger ensuite vers la Place du Capitole, aux côtés des salariés du secteur privé.

mercredi 13 mai 2009


Aux personnels et usagers de l'IUFM Midi-Pyrénées,

Vous trouverez la synthèse des travaux de la journée banalisée (format pdf oudiaporama) "construisons ensemble une nouvelle formation des enseignants et des CPE" du 31 Mars rédigée par un groupe de travail le 30 avril.
Trois autres journées ont été retenues par le comité d'action et banalisées par Marc Bru. Il s'agit :
  1. Du 15 mai de 9h 30 à 13h pour la présentation de la synthèse des travaux du 31 mars aux collègues des autres composantes de l'UTM et discussion
  2. Le 6 juin toute la journée : travaux avec les syndicats d'enseignants, les partenaires associatifs et les parents d'élèves.
  3. Le 29 juin toute la journée : finalisation des propositions que nous remettrons à Daniel Filâtre.
Nous comptons sur la mobilisation et la présence de l'ensemble des acteurs concernés par la formation des enseignants et des CPE.
Le comité d'action de l'IUFM Midi-Pyrénées
Ecole interne de l'Université de Toulouse 2 Le Mirail






Chers collègues des composantes,

Comme vous le savez sans doute, sur le dossier formation des enseignants,le Ministère de l'Education Nationale mène un double jeu, discutant d'un côté avec les syndicats et proposant dans le même temps un décret à propos des mesures transitoires, qui fait passer de force sa réforme, à travers des mesures transitoires confuses. Les syndicats, mais aussi la CPU, ont dénoncé ces manoeuvres, en demandant un retrait de cette réforme et une remise à plat d'une réforme sur la formation des enseignants.

C'est dans cette perspective que se situe le comité de lutte de l'IUFM Midi-Pyrénées. La place et le contenu des épreuves des concours de recrutement nous apparaissent comme une question cruciale qui conditionnera pour une large part la formation professionnelle et les Masters. Nous avons déjà organisé une journée d'études le 31 mars dernier pour élaborer des contre-propositions. La synthèse de ces journées peut-être consultée sur notre blog : http://www.metier-prof.org/ ou directement au format pdf ou en diaporama

Nous souhaiterions avoir un échange avec les collègues des composantes, et des autres universités toulousaines, engagés dans la formation des enseignants et la préparation des concours. Le calendrier étant précipité, notre deuxième journée d'études a été prévue :

Vendredi 15 mai de 9 h 30 à 13 h à l'IUFM Saint-Agne, métro Saint-Agne.

Nous souhaiterions qu'un certain nombre d'entre vous viennent débattre avec nous sur cette question.

Le comité d'action de l'IUFM Midi-Pyrénées
École interne de l'Université de Toulouse 2 Le Mirail

A diffuser largement