mercredi 17 décembre 2008

Les masques tombent ! "Hommage à Xavier Darcos"


Extrait d'une dépêche "AFP" du 16 décembre 2008

... Le chef de l'État français a rendu hommage à M. Darcos, "un ministre de l'Education remarquable qui a, en dix-huit mois, un bilan de réformes sans précédent: il a réformé l'école primaire, supprimé les IUFM (instituts universitaires de formation des maîtres), changé l'organisation du temps scolaire et proposé une réforme des lycées" ...


Le code de l'éducation (article 713-9) précise que les IUFM sont des écoles interne des universités. C'est le conseil d'administration de l'université autonome qui peut décider de supprimer son école interne. Les présidents d'université apprécieront la limite de l'autonomie.


A lire également :

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l'Europe peut-être.
Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire.
Dieu sait pourtant que le Président se démène :
il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c'est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide.
L'homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux.
Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir.
Il a pour lui l'argent, l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort.
Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse.
Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise.
On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue !
Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde, d'un homme médiocre échappé ".

Victor HUGO, dans " Napoléon, le petit " Réédité chez Actes Sud

Pourquoi... Vous pensiez à qui ?...

Claude