vendredi 7 novembre 2008

Interventions à l'assemblée de Françoise IMBERT et François LAMY , respectivement députée de la Haute Garonne et député de l'Essonne


Enseignement supérieur

(IUFM - réforme - perspectives)
Question à l'assemblée n° 32455. - JO du 14 octobre 2008.


Mme Françoise Imbert (*) attire ('attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur la mise en place d'une nouvelle formation des maîtres annoncée fin juin dernier par le Président de la République. En effet, pour devenir enseignant, un master (bac+5) serait demandé, laissant peu de place à la formation professionnelle dispensée jusqu'à maintenant par les IUFM. Cette réforme aurait également pour conséquence la disparition à terme de ces instituts de formations et la suppression de plusieurs milliers de postes de fonctionnaires stagiaires. Aussi, elle lui demande de bien vouloir lui préciser les dispositions qu'il entend prendre pour assurer une formation réelle des maîtres et l'avenir qu'il entend réserver aux IUFM.

Enseignement supérieur

(IUFM - réforme - perspectives)
Question n° 32456. - JO du 14 octobre 2008.


M. François Lamy (**) attire l'attention de M. le ministre de l'éducation nationale sur l'avenir des instituts universitaires de formation des maîtres. Dans sa déclaration du 2 juin 2008, le Président de la République a confirmé sa volonté de recruter les enseignants à bac +5, au niveau du master. La reconnaissance de la formation initiale des enseignants par un diplôme universitaire de master correspond bien à une demande 'récurrente des enseignants et des directeurs d'IUFM. Cependant, il semble que les premières demandes d'habilitation des masters portées par les IUFM aient été refusées. Cela signifie donc la disparition à terme des IUFM. les conséquences d'une telle disparition ne sont négligeables. Sur le plan de l'aménagement du territoire, la présence de 31 IUFM sur 130 sites constitue un véritable maillage en rendant les IUFM, écoles internes des universités, plus proches des besoins de chaque département, en termes de formation initiale et continue, de formation permanente et en leur permettant de participer à l'animation culturelle de nombreuses villes moyennes. Sur le plan pédagogique, la dilution de la formation des enseignants au sein de différentes composantes des universités entraînerait inévitablement un éloignement du milieu scolaire, préjudiciable à toute formation professionnelle et préjudiciable à un élève. Cet apprentissage pratique diffusé dans les IUFM qui vont être supprimés dans la précipitation et sans concertation aura de lourdes conséquences pour les enseignants et les élèves. Par conséquent, il lui demande de bien vouloir lui faire part de ses intentions s'agissant de la formation des enseignants et de l'avenir des IUFM.

Aucun commentaire: