dimanche 30 novembre 2008

Extraits des colonnes de l'AEF


Xavier Darcos annonce la reprise des discussions avec les organisations syndicales

"La semaine prochaine, nous recommencerons les discussions syndicales sur tous les sujets, il n'y a pas de sujet tabou, le climat est en train de changer", déclare Xavier Darcos, ministre de l'Éducation nationale à l'issue de sa visite au Salon de l'Éducation vendredi 28 novembre 2008. Les dates de ces rencontres bilatérales devraient être connues dans l'après-midi, précise l'entourage du ministre.


Xavier Darcos recevra les huit associations complémentaires la semaine prochaine

"On se voit la semaine prochaine", promet Xavier Darcos, ministre de l'Éducation nationale, aux représentants des huit associations complémentaires membres du Cnaecep (1) qu'il a rencontrés lors de sa visite au Salon de l'Éducation (porte de Versailles, Paris), vendredi 28 novembre 2008 vers midi.

"Nous allons lever vos inquiétudes. On ne va pas vous laisser en rade", affirme-t-il. "Quand vous allez me montrer vos projets, nous allons alimenter la machine. Mais je reste conforme à la loi à propos de la suppression des mises à disposition", précise le ministre (L'AEF n°102601).


PLF 2009: le Sénat augmente de 80 millions d'euros l'enveloppe transférée au 20 universités autonomes

Le Sénat a adopté les crédits 2009 de la Mires (mission interministérielle "recherche et enseignement supérieur"), vendredi 28 novembre 2008. A cette occasion, il a voté un amendement prévoyant le transfert de 80 M€ (millions d'euros) supplémentaires aux 20 universités accédant à l'autonomie en 2009 (L'AEF n°99774). "Dans le PLF original, 1,906 milliard d'euros devaient être accordés à ces établissements au titre du transfert de la gestion de leur masse salariale. Notre évaluation a depuis été affinée", se justifie Valérie Pécresse, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, qui a déposé cet amendement. Cette mesure correspond à un transfert de crédits du titre 2 (dépenses de personnels) vers le titre 3 (dépenses de fonctionnement) au sein des programmes "formations supérieures et recherche universitaire" (79,3 M€) et "vie étudiante" (0,7 M€).


URGENT. Loi LRU: la liste des 20 universités qui passeront à l'autonomie au 1er janvier 2009

Vingt universités sont autorisées à acquérir, au 1er janvier 2009, les nouvelles compétences prévues par la loi LRU en matière financière et de ressources humaines, apprend-on auprès du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, ce mercredi 23 juillet 2008. Ces universités font partie de la trentaine d'établissements qui ont été audités par l'IGAENR au cours de l'année universitaire (L'AEF n°85726). Valérie Pécresse doit dresser demain, jeudi 24 juillet 2008, un bilan de la loi, un an après son adoption.


Les universités qui passeront à l'autonomie au 1er janvier 2009 sont les suivantes:

- Aix-Marseille-II (Méditerranée)
- Cergy-Pontoise
- Clermont-Ferrand-I (Auvergne)
- Corte
- Limoges
- Lyon-I Claude-Bernard
- Marne-la-Vallée
- Montpellier-I
- Mulhouse Haute-Alsace
- Nancy-I Henri-Poincaré
- Paris-Descartes (Paris-V)
- UPMC (Paris-VI)
- Paris-Diderot (Paris-VII)
- La Rochelle
- Saint-Étienne Jean-Monnet
- Strasbourg-I Louis-Pasteur
- Strasbourg-II Marc-Bloch
- Strasbourg-III Robert-Schuman
- Toulouse-I Sciences sociales
- UTT (université technologique de Troyes)


Révision du statut des enseignants-chercheurs: le CTPU amende et donne un avis favorable au projet de décret

Le CTPU a donné un avis favorable sur le projet de décret révisant le statut des enseignants-chercheurs, par 14 voix pour, 5 abstentions (Sgen-CFDT, Sup'Recherche-Unsa) et 9 contre (Snesup-FSU et les Autonomes), lundi 24 novembre 2008. La séance du 17 novembre 2008 n'avait pu se tenir faute de quorum suite au boycott par des organisations syndicales (L'AEF n°104566). Le représentant du SNPREES-FO n'étant pas présent aujourd'hui au moment du vote, "la parité administrative a été réduite à 14", indique le ministère à l'AEF. Des amendements avaient été proposés par le Sgen-CFDT et Sup'Recherche-Unsa, avant la réunion. "Peu d'amendements ont été présentés en séance ce matin", précise le ministère. Les principales modifications adoptées concernent l'article 4 sur la modulation de service.

TEMPS DE TRAVAIL. Le texte amendé explicite désormais l'équivalence TD - TP. Ainsi, il est écrit que "les services d'enseignement sont déterminés par rapport à une durée annuelle de référence égale à 128 heures de cours et 192 heures de travaux dirigés ou pratiques ou combinaison équivalente". En outre, il est précisé que "le service d'enseignement s'accompagne de la préparation et du contrôle des connaissances". Un amendement précise aussi que "l'activité d'enseignement est évaluée de manière régulière, au moins tous les 4 ans" par leCNU.


Le ministère de l'Éducation nationale lance un appel d'offres pour effectuer une "veille de l'opinion"

Le ministère de l'Éducation nationale lance un appel d'offres de 100 000 euros pour effectuer une veille de l'opinion dans le domaine de l'éducation pendant l'année civile 2009. Cette information, confirmée par le ministère, fait l'objet d'une annonce publiée au BOAMP (Bulletin officiel des annonces de marchés publics) le 4 novembre 2008. "Cette veille existe depuis 2006, c'est-à-dire avant l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy et de Xavier Darcos", tient à relativiser l'entourage du ministre, qui prépare un "argumentaire".


Par un appel d'offres daté du 15 octobre 2008, la Délégation à la communication des ministères de l'Éducation nationale (MEN) et de l'Enseignement supérieur (MESR) prévoit de consacrer 100 000 euros à la "veille de l'opinion pour le compte du MEN" et 120 000 euros pour le compte du MESR, et ce pour l'année 2009. Ce marché ne pourra durer plus de deux ans.

OBJECTIFS. Les objectifs de ce dispositif de veille sont les suivants:

  • identifier les thèmes stratégiques (pérennes, prévisibles ou émergents);
  • identifier et analyser les sources stratégiques ou structurant l'opinion;
  • repérer les leaders d'opinion, les lanceurs d'alerte et analyser leur potentiel d'influence et leur capacité à se constituer en réseau;
  • décrypter les sources des débats et leurs modes de propagation;
  • repérer les informations signifiantes (en particulier les signaux faibles);
  • suivre les informations signifiantes dans le temps;
  • relever des indicateurs quantitatifs (volume des contributions, nombre de commentaires, audience, etc.);
  • rapprocher ces informations et les interpréter;
  • anticiper et évaluer les risques de contagion et de crise;
  • alerter et préconiser en conséquence.

"Les informations signifiantes pertinentes sont celles qui préfigurent un débat, un 'risque opinion'

potentiel, une crise ou tout temps fort à venir dans lesquels les ministères se trouveraient impliqués", précise l'appel d'offre.

SOURCES SURVEILLÉES.
Outre la presse, les "sources surveillées" sont sur Internet: sites "commentateurs" de l'actualité, médias en ligne, sites de syndicats, de partis politiques, sites militants d'associations, de mouvements revendicatifs ou alternatifs, de leaders d'opinion, moteurs
généralistes, forums, blogs, pages personnelles, appels et pétitions en ligne...

L'analyse de ces sources "donnera lieu à des notes de synthèse: rapport quotidien, note de synthèse hebdomadaire, cartographie commentée des acteurs et débats en présence".

Aucun commentaire: