samedi 8 novembre 2008

André OUZOULIAS : Le ministère diminue fortement le nombre de place aux concours



Baisse de 40% de postes d'enseignants en un an


Le ministre de l'éducation nationale a décidé de diminuer très fortement le nombre de places aux concours de l'enseignement (PE et PLC) à la session de juin 2009. La réduction est historique : on passera de 23 000 postes en 2008 (ce qui était déjà le chiffre le plus bas depuis 8 ans) à 14 000, soit une baisse de 40 % !

Sans parler des conséquences à long terme pour les écoles, les collèges et les lycées, dans lesquels les prévisions démographiques de flux d'élèves devraient plutôt conduire à une augmentation sensible des recrutements de stagiaires, cette mesure constitue un très mauvais signe adressé aux étudiants qui se préparent actuellement au CERPE et au CAPES, soit "librement", soit en tant que PE1 ou PLC1 acceptés en septembre dernier dans les IUFM, sur dossier ou sur examen.

Leurs perspectives d'avenir s'en trouveront d'autant plus bouchées qu'ils ne pourront plus repasser ce concours dans les conditions actuelles, car c'est la dernière session de l'ancienne formule de recrutement (datant de 1992).
Pour 2010, le gouvernement a en effet décidé un recrutement à M2. Les étudiants qui préparent le concours de 2009 mais n'ont aujourd'hui que la licence (la grande majorité) auront-ils seulement la possibilité économique de reprendre deux années d'études universitaires pour pouvoir prétendre à tenter de nouveau leur chance s'ils échouent en juin prochain ? En fait, il y a là un énorme gâchis de compétences, d'engagements et d'espérances.

Pour les PLC, dans certaines disciplines, on peut s'attendre à une diminution supérieure à 40 %, voire à la suppression pure et simple de la session 2009 du CAPES pour les disciplines à faible recrutement. La philo et certaines langues vivantes me semblent a priori particulièrement menacées.

Pour le premier degré, il faut anticiper aussi une diminution équivalente de la FC (- 40 % de journées stages sur remplacement par PE2). De plus, dans certains départements ruraux, il n'y aura plus aucun recrutement de professeurs des écoles en 2009. Ça et là, on y verra sans doute la justification d'un choix "déchirant mais raisonnable" : fermer le site IUFM et, pourquoi pas, vendre les locaux…

Pour les IUFM dans leur ensemble, cela entraînera vraisemblablement une réduction correspondante des personnels.
Il me semble qu'il faudrait informer très rapidement les étudiants, tout particulièrement les PE1 et les PLC1 des IUFM.

André OUZOULIAS professeur à l'IUFM de Versailles-UCP (Université de Cergy-Pontoise), Département PEPSSE (Philosophie, épistémologie, psychologie, sociologie et sciences de l'éducation)


Aucun commentaire: