vendredi 5 septembre 2008

Nuit des IUFM



Succès total à Toulouse et Muret

Mobilisation des élus de Midi-Pyrénées.

Un climat particulier à l’IUFM en cette fin d’après midi du 4 septembre 2008. Des affiches en couleur relataient la manifestation de cette journée nationale qui se terminait avec la projection en avant-première de la palme l’or 2008 du festival de Cannes à Muret au cinéma Mermoz. Les élus des huit départements de Midi-Pyrénées, du conseil régional, de la Mairie de Toulouse, le président de l’université du Mirail étaient conviés par le directeur de l’établissement et l’équipe de direction pour échanger et débattre sur la mise à place d’une nouvelle formation des maîtres suite à la réforme lancée fin juin par le Ministre de l’éducation et le président de la République.

Un collectif-crise actif

C’est un peu après 17 heures que le personnel (enseignants et BIATOS) et les usagers de l’IUFM Midi-Pyrénées se sont retrouvés en assemblée générale dans l’amphithéâtre du site Saint Agne en présence de la presse. Depuis le 29 juin dernier, le collectif-crise de l’IUFM MP est chargé de coordonner et de mettre en œuvre les décisions prises en assemblée générale.

Pour défendre la formation professionnelle des enseignants, le personnel a été contraint à plusieurs actions ; rétention pendant une semaine des dossiers d’examen de qualification professionnelle des stagiaires, rencontre en juin avec le Recteur, présentation de nombreuses motions au conseil transitoire et conseil d’administration de l’université, création d’un blog (plus de 17 000 visiteurs à ce jour), assises nationales le 2 juillet à Toulouse qui ont abouti à la création d’une coordination nationale. Un compte-rendu des travaux a été transmis à la CPU et à la CD IUFM. Le collectif demande que des représentants participent aux réflexions nationales sur la formation des maîtres. Il va préparer les états généraux du 4 octobre à la Sorbonne.

Par la suite, une délégation du collectif a rencontré les élus. Cette délégation rappelle les quatre revendications essentielles ; le maintien d’une véritable école professionnelle, le maintien d’une rémunération de la formation des futurs enseignants, un cadrage national des masters professionnels, le maintien du recrutement par concours. Les membres de la délégation précisent que si « enseigner est un métier qui s’apprend, former les enseignants est un devoir républicain »

Projection réussie

La salle du cinéma Mermoz à Muret (20 km de Toulouse) semblait bien petite pour l’évènement. De nombreux enseignants, mais aussi le public souhaitait voir en avant-première la palme d’or qui est une peinture sociale d’un collège parisien. L’association « vive le cinéma à Muret » a présenté les différents films de Laurent CANTET. A l’issue de la projection d’ « entre les murs », de nombreuses interventions ont souligné la qualité du film. Il a été signalé que le travail de Laurent CANTET est un véritable travail pédagogique. Ce film est respectueux des enseignants et des élèves. Il montre à quel point l’école est « une caisse de résonnance, un lieu traversé par les turbulences du monde ou se joue la question d’égalité des chances et d’inégalité, d’intégration culturelle et sociale et d’exclusion ». François BEGAUDEAU, enseignant dans le film, essaie de faire au mieux dans cette classe de collège.

Ce film fournit un excellent argumentaire pour une formation professionnelle de qualité à la hauteur des missions qui sont confiées à l’école : instruire, éduquer, former. Plusieurs interventions dans la salle précisent que les orientations qui se dessinent et l’idéologie du gouvernement et des conseillers sont à l’opposé d’une véritable formation au métier d’enseignant. Après la clôture de cette nuit, les discussions animées et passionnées se poursuivaient dans la rue.


Retrouver ici dans quelques jours, la vidéo des interventions.



1 commentaire:

Anonyme a dit…

Je vous invite à vous rendre sur http://regardeavue.com/lecoleestfinie . Vous y trouverez des experts en pédagogie (P. Meirieu, C. Passerieux, R. Brissiaud) s'exprimant librement contre les réformes Darcos. Vous pourrez également partager les extraits de ce film de manière totalement gratuite car c'est "outil" est en licence libre de droit.
KB