dimanche 28 septembre 2008

Masterisation de la formation enseignante: la CPU signe une charte avec Xavier Darcos et Valérie Pécresse



La CPU a adopté jeudi 18 septembre 2008 la "charte relative aux principes directeurs de la réforme du recrutement et de la formation des enseignants". À travers ce texte, la CPU s'engage aux côtés des ministères de l'Éducation nationale et de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, "chacun pour la part qui le concerne", sur des principes communs. Les discussions qui suivront devront déboucher sur la mise en place des nouveaux concours enseignants pour la session 2010. 

La CDIUFM, co-auteur du document, attend pour se prononcer, d'examiner la charte en séance plénière les 25 et 26 septembre à Nancy. Ce texte de trois pages pose les grands axes de la réforme, présentée comme un "incontestable progrès", permettant "l'élévation du niveau de recrutement" et "l'amélioration de la qualité de la formation". 

En plus de la charte, la CPU et la CDIUFM préparent une déclaration commune. Elle a vocation à "préciser ce qui est écrit dans la charte" et à "rassurer tout le monde", explique à l'AEF Simone Bonnafous, présidente de la commission de la pédagogie de la CPU, vendredi 19 septembre. Ce texte doit permettre de faire en sorte que la formation des maîtres relève "de l'ensemble des composantes de l'université". La CPU veut "réserver une place toute particulière aux IUFM, qui seront forcément partie prenante de cette formation, mais pas exclusivement". ...

MASTERISATION. 

"Compte tenu de l'autonomie et de la responsabilité des universités, celles-ci, qu'elles soient dotées d'un IUFM ou non, doivent être libres de proposer des parcours adaptés, dans le cadre de leur contrat d'établissement, en fonction des compétences attendues d'un professeur figurant notamment dans un cahier des charges national et dans celui des nouveaux concours", écrivent les signataires de la charte. Les universités s'appuieront sur les "compétences nécessaires dans le cadre du processus d'intégration des IUFM au sein des universités". Les signataires s'interrogeront également "l'apport de la recherche" à ces nouvelles formations. ...


MASTERS. 

Les masters devront articuler "quatre volets complémentaires, sans que leur poids soit nécessairement équivalent": disciplinaire (ou multidisciplinaire) qui renvoie aux "savoirs scientifiques actuels", épistémologique en lien avec "l'histoire des disciplines d'enseignement", didactique et professionnel qui "aborde les différentes facettes du métier d'enseignant et le rôle d'agent du service public d'éducation". Le poids et l'articulation de ces différents blocs varieront selon les parcours, mais "jamais une formation ne devra pouvoir ignorer un de ces aspects, ce qui sera à vérifier au moment des demandes d'habilitation". Des dispositions particulières seront prises pour les disciplines professionnelles de la voie professionnelle. La charte prévoit que la formation universitaire des maîtres puisse associer "comme dans tout master", des "enseignements de nature disciplinaire, des ateliers de projet et d'échanges d'expérience, et des périodes de stage".

BOURSES. 

Dans la perspective d'un allongement des études, le texte prévoit l'octroi de bourses au mérite aux étudiants de M1 et de M2. Autre priorité: renouveler "profondément" la formation continue des enseignants et valoriser les compétences du métier. "Reconnaître la qualité de l'investissement dans la classe, valoriser la prise de responsabilité dans d'autres secteurs ou d'autres missions liées à la réussite des élèves, sont des pistes d'amélioration de la carrière que l'État et les conférences signataires conviennent d'explorer en prolongement de la réflexion sur le recrutement." La VAE (validation des acquis de l'expérience) devra être développée pour faciliter les changements de fonction des enseignants.

Lire 

Aucun commentaire: