samedi 20 septembre 2008

Etats généraux de la formation


4 octobre 2008

Université de Paris XII- Créteil


Accès à Paris XII – Créteil par métro : Créteil-Lechat

(Site : Former des enseignants - Accueil - Contribution - Programme )


Enjeux de la journée

A l’heure où les négociations avec le ministère sur la réforme de la formation débutent, les Etats généraux doivent être un moment fort de mobilisation. Cette mobilisation doit dépasser le seul cercle des formateurs.

La journée doit dénoncer les conséquences des mesures gouvernementales (à court terme et à long terme) mais aussi proposer des alternatives qui permettent d’identifier des « espaces de combat » pour l’activité revendicative.

Elle doit en amont enclencher des débats (entre formateurs, universitaires,
collègues, élus…) et déboucher sur des projets d’action dans l’immédiat (pré-professionnalisation, nouveaux masters, semestre de M2, aides et pré-recrutements, formation de formateurs, avenir des
centres, avenir des personnels IUFM, formation continue, etc.).

Elle doit refléter les différentes opinions. Le débat doit avoir lieu sans tabou et les différentes alternatives seront discutées pour les 7 thèmes retenus.

La journée doit se terminer par un appel ou un « manifeste » dont le
contenu commun sera précisé en fonction des annonces et de l’évolution de la situation.

Nous espérons la terminer avec l’intervention de personnalités hors éducation, du monde sportif ou/et culturel.

Mobiliser tous les acteurs

L’ensemble des acteurs de la formation (enseignants-chercheurs, formateurs, maîtres formateurs, conseillers pédagogiques, étudiants, partenaires, ….) sont concernés par la réussite de ces Etats généraux. IL est important que faire en sorte que toutes les académies soient
fortement représentées et montrer notre détermination à faire de la « mastérisation » une amélioration de la formation des enseignants et non l’inverse ! Notre détermination à défendre et faire évoluer la structure indispensable que représente les IUFM .

Nous espérons que la préparation de ces Etats généraux donnera lieu à
des débats fructueux dans les établissements et que la « montée à Paris » de nombreux collègues va s’organiser rapidement. Le grand amphithéâtre (530 personnes) doit déborder ! L’avenir de la formation en dépend !

Les problématiques de chaque atelier vont être développées sur le site.
Des contributions pourront être mises en ligne. Site www.former-desenseignants.org . Des posters exposant la variété des situations locales sont prévus.

Etats généraux de la formation

4 octobre 2008


Université de Paris XII- Créteil

Pré-Programme (14 septembre 2008)

  • 9h30 Accueil
  • 10h Enjeux de la formation des enseignants
  • 10h15
    • Où en est la réforme voulue par le ministère ?
    • Quelles sont les dernières informations au jour des Etats Généraux ?
  • 10h35 Un bilan contrasté des IUFM : 2 intervenants
  • 11h30
    • Quelles alternatives ? Discussions thématiques ?
    • Chaque discussion thématique fera l’objet d’une présentation préparée collectivement par les organisations appelantes. L’objectif est de se centrer sur des propositions alternatives, identifier les espaces dans lesquels des transformations peuvent s’opérer. Les collègues porteurs de discussions collectives seront invités prioritairement à intervenir. Chacun/e peut envoyer sacontribution qui sera mise en ligne.
    • 1. Comment favoriser la démocratisation de l’accès au métier d’enseignant pour tous (aide, pré recrutement, carte des formations…) ? Comment prendre en compte l’unité et la diversité du métier enseignant ?
    • 2. Repenser le « disciplinaire » dans le cadre de la formation des enseignants. Quelles articulations entre disciplinaire universitaire et disciplinaire scolaire, entre disciplinaire,transversal et professionnel ? Quelle place de la recherche – notamment en didactique - dans la formation ?
    • 3. Quelle formation professionnelle pour les enseignants (alternance, articulation stages, apports théoriques et analyse de pratiques professionnelles, limites du « compagnonnage », relations avec les jeunes, relations famille/école, relations avec les partenaires) ?
    • 4. Quels formateurs (diversité, lien avec la recherche, lien avec le terrain) ? Quelle place pour la recherche en éducation ?
    • 5. Quel avenir des IUFM et de leurs personnels (enseignants, BIATOSS) dans le nouveau dispositif de formation initiale et continue ? Avenir des sites départementaux et aménagement du territoire
    • 6. Quelle articulation entre formation, master et concours ? Quel avenir dans le cadre d’un recrutement de fonctionnaires d’Etat par concours ?
  • 13h Repas (CROUS)
  • 14h Table ronde : Les scénarii d’avenir (éclatement et/ou renouveau de la formation ?)
    • Avec des représentants d’académie avec des situations différentes (une seule université/un IUFM ; plusieurs universités/ un IUFM) ; un spécialiste des comparaisons internationales, un sociologue.
    • Table ronde en cours d’élaboration.
  • 15h30 Comment agir dans l’immédiat localement, nationalement?
  • 16h30 Lecture d’un « manifeste » - soutien de personnalités
  • 17h Fin des travaux

Initiés par les signataires de l’appel « pour une formation des enseignants de haut niveau dans des IUFM rénovés », ils sont soutenus aujourd’hui par de nombreuses organisations.

  • Des associations et mouvements pédagogiques : CEMEA, Ligue de l’Enseignement, ICEM pédagogie Freinet, Jeunesse au Plein Air, FOEVEN, Fédération des AROEVEN, GFEN, FCPE, AELV, AFEF, Les Francas, APMEP, réseau des IREM,

  • Les grandes fédérations syndicales : FSU, UNSA Education, SGEN CFDT, FERC CGT, UGICT,Sud Education, UNEF, Sud Etudiant, UNL (lycéens),

  • Les syndicats : FSU : SNESUP, SNES, SNEP, SNUIPP, SNUEP, SNETAP, SNPI, SNCS, SNASUB,SNPDEN, UNSA : SE, A&I, SIEN, SNPTES, Sup'Recherche, CGT : CGT Educ’Action, FERC Sup, SNTRS

Texte au format pdf sur le groupe coordination nationale des IUFM



Aucun commentaire: