jeudi 3 juillet 2008

IUFM Orléans-Tours


Communiqué AEF

La réforme du recrutement de la formation des enseignants des premier et second degrés: un bouleversement total et inquiétant

À la lecture du compte-rendu du Conseil des ministres du 2 juillet 2008 précisant le cadre de la réforme du recrutement et de la formation des enseignants il apparaît
  • que les futurs enseignants ne seront pas recrutés dans le cadre d'un master professionnel. Comment dans ces conditions être préparé au métier d'enseignant? Et comment à plus forte raison être préparé à la polyvalence des professeurs des écoles ?
  • que la préparation des étudiants au métier d'enseignant se réduit à une simple sensibilisation et constituera leur seul bagage initial pour débuter dans le métier,
  • que le professeur fonctionnaire stagiaire sera immergé dès l'obtention du concours dans la classe à temps plein sans réelle formation professionnelle dans la mesure où toute possibilité d'articulation entre théorie et pratique est évincée. Comment dans ces conditions garantir une qualité minimale de l'enseignement fourni aux élèves ?
  • que la seule possibilité de formation proposée au professeur fonctionnaire stagiaire consiste en des actions « offertes » en dehors du temps scolaire. Comment le professeur stagiaire pourrait-il concilier cette offre de formation avec la charge énorme de travail que constitue une classe à plein temps ?
La réforme annoncée par le gouvernement généralise un recrutement des enseignants sans une véritable formation professionnelle : la préparation au métier d'enseignant en amont du concours n'est envisagée que de manière hypothétique et sporadique; après l'obtention du concours, la formation professionnelle n'est envisagée que de manière optionnelle et en plus du temps de travail des enseignants débutants.

Le souci du gouvernement de réaliser des économies budgétaires est évident mais quelle est l'ambition de l'État pour l'avenir du système éducatif et pour la réussite des élèves?

Collectif de formateurs de l'IUFM Centre Val de Loire

Motion des personnels de l’IUFM
d’Orléans-Tours le 26/06/08


A la suite d’une pétition signée déjà, depuis quelques jours, par plus de 400 personnes : enseignants, professeurs stagiaires, étudiants, mais aussi autres citoyens (parents d’élèves et usagers de l’école), le collectif d’enseignants de l’IUFM d’Orléans-Tours a rédigé le texte suivant.

Nous affirmons que :
  • la décision du ministère a été prise sans concertation et impose des délais de mise en œuvre qui empêchent une véritable réflexion,
  • enseigner est un métier qui s’apprend,
  • la formation didactique et pédagogique des enseignants est une condition de réussite des élèves, - la formation professionnelle ne peut se réduire à l’idée de compagnonnage : elle doit également s’appuyer sur une véritable alternance permettant d’articuler théorie et pratique, la mise en situation de stage et l’apport de connaissances théoriques juxtaposées ne suffisent pas. Le lieu de cette formation doit être l’IUFM école intégrée à l’université car il possède le savoir-faire nécessaire à cette mission,
  • l’idée d’un recrutement au niveau master est intéressante, mais le processus de mastérisation nécessaire au degré de qualification des enseignants ne doit pas conduire à une dégradation des contenus de formation et des conditions d’étude. La suppression de l’année de professeur stagiaire rétribuée et son remplacement par une année de M2 entièrement à charge des étudiants porterait atteinte à la mixité sociale du corps enseignant.
Nous demandons :
  • un moratoire d’un an pour la mise en place des masters d’enseignement afin de définir les contenus en impliquant les divers acteurs de la formation (formateurs des IUFM des premier et second degrés, enseignants chercheurs).
  • une garantie sur le maintien à long terme des concours nationaux de recrutement
  • une solution financière permettant à l’ensemble des couches sociales d’avoir accès au recrutement des enseignants que seuls des aides et des pré-recrutements peuvent garantir.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bonjour

Nous sommes quelques collègues (PIUFM et IMF) à essayer de nous débattre sur le site de Tours . Nos actions sont mineures par rapport à celles que vous avez entreprises mais je vous en transmets les grandes lignes et vous envoie les documents correspondants pour info.

Voici ce que nous avons fait:
- un tract "grand public" à destination des usagers de l'école (nos stagiaires, les enseignants, les parents d'élèves...)
- une pétition "papier" qui a recueilli un peu plus de 500 signatures en 15 jours
- une motion envoyée à la CDIUFM
- et hier, suite au CR du conseil des ministres, un communiqué adressé à l'AEF mais qui n'est pas encore paru

Seuls dans notre coin, on a un peu l'impression que tout ce qui est mené est perdu d'avance d'où le fait qu'il me parait très important d'être reliés étant donnée la violence de l'attaque portée à la formation des enseignants. Donc je garde l' adresse de votre site bien précieusement pour relayer les actions et les motions au sein du site Orléans-Tours. Je crois qu'il faudra être très réactif à la rentrée et être en mesure de mener des actions "visibles" .

très cordialement

pour le collectif, Sylvie Poitevin