vendredi 6 juin 2008

Motion du congrès des élus aux conseils de l’université du Mirail


Les élus des conseils de l’université Toulouse 2 – Le Mirail réunis en congrès ce vendredi 6 juin 2008 s’inquiètent des projets de réforme de la formation des enseignants, annoncés par le Président de la République.
Ils s’étonnent que des conseillers de la présidence ou du ministère puissent indiquer à des journalistes une éventuelle dissolution des IUFM, donc d’une composante de notre université, avant toute concertation et avant même toute publication d’un projet. D’autant qu’il serait particulièrement incohérent d’intégrer l’IUFM à notre université en janvier 2008 pour le désintégrer un an après.

Ils affirment que le recrutement des enseignants au niveau master doit s’accompagner d’une formation professionnelle indispensable à l’exercice d’un métier difficile, qui ne peut se réduire à deux ou trois mois d’expérience entre un écrit et un oral de concours : ENSEIGNER EST UN METIER, UN METIER QUI S’APPREND.
Ils revendiquent que cette formation professionnelle, comportant un lien avec la pratique de l’enseignement dans les établissements scolaires, soit correctement rémunérée, au moins au niveau de financement correspondant à la rémunération actuelle des professeurs stagiaires : sans cela, on renforce la sélection sociale par les revenus.
Ils veulent que l’outil de professionnalisation en direction du monde enseignant et de réflexion sur l’acte éducatif que représente l’IUFM ne soit ni démantelé, ni affaibli : sans les liens que l’IUFM a tissés avec les enseignants des écoles, des collèges, des lycées, des lycées professionnels et des entreprises, il ne peut y avoir de formation professionnelle digne de ce nom.
Ils exigent que les universités, dans toutes leurs composantes et en particulier l’IUFM, restent les maîtres d’oeuvre de la formation continue des enseignants.
Le 6 juin 2008

Aucun commentaire: