mercredi 25 juin 2008

Masterisation: la maquette des concours devrait être présentée à la fin du mois de juillet



Extraits de la Dépêche AEF n°98404

La masterisation devrait faire l'objet d'une communication en conseil des ministres le "4 ou le 11 juillet 2008", au cours de laquelle seront présentées les grandes lignes de la réforme, selon les informations recueillies par l'AEF, ce mercredi 25 juin 2008. Devrait suivre une phase de concertation avec la CDIUFM, la CPU et des "associations disciplinaires". Un groupe de travail pourrait être constitué. Un cahier des charges et une maquette précise des concours devraient émerger "fin juillet" de cette phase de discussion. Le référentiel des compétences des IUFM ne devrait pas totalement être bouleversé.

Le ministère de l'Éducation nationale, chargé de définir la maquette des concours, pourrait décider de "distinguer dans le temps" admissibilité et admission. Les épreuves d'admissibilité interviendraient à la fin du premier semestre de M2 pour permettre aux étudiants qui échouent de valider leur master "sans perdre un an dans la préparation des concours". L'admission se déroulerait en juin.

Entre-temps, les étudiants qui le souhaitent auraient la possibilité d'effectuer des stages "d'observation pratique" ou de "pratique accompagnée". Les stages, facultatifs, ne devraient pas être évalués. Il s'agit de ne pas pénaliser des candidats issus d'autres formations. Le ministère pourrait proposer aux étudiants volontaires des stages tout au long du cursus "à partir de la licence" pour découvrir l'Éducation nationale.


Les concours devraient comporter trois types d'épreuves (L'AEF n°98183): disciplinaires, pédagogiques et de "connaissance du système éducatif". ..... Il s'agirait, dans le cadre des épreuves pédagogiques, de vérifier si un candidat est capable de s'adresser à un public donné. Les épreuves de connaissance du système éducatif, mélange de "droit" et "d'économie" seraient l'occasion de vérifier par exemple que les candidats savent "à quoi sert un recteur, comment fonctionne un conseil d'école ou un budget". ....

UNE MEILLEURE DISTINCTION DES TÂCHES CAPES-AGRÉGATION ....

En tant que "recruteur", le ministère de l'Éducation nationale devrait donc se contenter de dire quel type d'enseignant il recherche. Les universités seraient ensuite libres de proposer différents types de masters et des modules de professionnalisation, si elles le souhaitent. Les masters devraient logiquement être prêts dans un an. Pour les professeurs des écoles, les masters bivalents pourraient se développer. La masterisation devrait concerner seulement les PLP enseignant dans les matières disciplinaires.

L'évolution des formations sera plus ou moins rapide selon les disciplines. L'année 2010 devrait à cet égard servir de test.

En savoir plus .

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Une fois de plus. On fait le coup des vacances sans concertation.

IL faut suspendre d'un an la réforme, réfléchir avant d'agir. Mais c'est trop demander. On casse et on réfléchit après !!!!

Depuis 1830, seul le gouvernement de Vichy a supprimé la formation pédagogique des enseignants. Nous connaissons la suite.

Claude

Anonyme a dit…

Ceux qui on déjà deux Maîtrises (Bac+4) et un DESS (Bac+5),
ils retournent faire deux ans de Master 1 et 2 Enseignement pour pouvoir juste passer les épreuves du concours de professeur des écoles et autres?

Ce n'est pas sérieux si cela est le cas!

Que le gouvernement fasse de nouvelles épreuves du concours de professeur des ecoles des épreuves plus professionnalisantes!
Des stages à valider in situ.

Anonyme a dit…

je trouve deplorable les actions que le gouvernements menent depuis peu..
nous sommes en crise, dans une periode de didacture ou le mot dordre est largent..
les ministres qui ont vu leur salaires augmentes ne pensent pas un seul instant a notre quotidien..
et on nous parle sans arret de deficit budgetaire...
en ce qui concerne la masterisation, je pense que le gouvernement actuel rentre vraiment dans une logique de discrimination sociale et ne laisse vraiment pas de chances a nos etudiants..
quand est il des maquettes, je touve que juillet cest un peu tard pour informer les eleves qui nont pas eu le concours..
rapelons le, ceci nest pas un diplome, car avec la meilleure volonte il y aura toujours un perdant et un gagnant...
si jai pas mon concours je fais comment pour choisir mon masters et savoir a quoi correspond mon anne diufm..
il faut savoir en plus que le dse se fait en janvier jusquau mois davril alors je fais comment pour mes voeux.. aller vous faire foutre le gouvernement, bande degoistes, malsaint,

Sélène a dit…

je suis à l'iufm depuis septembre... Et tout ce qu'on entend depuis la rentrée est terrifiant.. Pression, suppression de poste, master déplorable... Mais que cherche-t-on à faire de nous? La deuxième année de formation pour devenir PE est déjà difficile en soi, et désormais il faudra en plus suivre le cursus master, faire un mémoire ET préparer le concours.. Evidemment... c'est logique... Et tous ces étudiants de licence qui rêvent de ce métier depuis des années et à qui on annonce alors qu'ils arrivent dans leur logiquement dernière année qu'il leur en reste encore deux, et qu'ils vont plonger dans un master qui n'existe encore même pas... Quant à nous, pauvres petits premières années, pour le moment, on essuie les plâtres, on écoute gentiment les chiffres, on réalise que là, concrètement le gouvernement est en train de réflechir à notre avenir sur deux ans... Il faudra bien remplir les masters 2...

Je trouve ça simplement catastrophique et symboliquement aberrant.
On nous embobine à coup de "les professeurs seront mieux reconnus" "ils seront mieux formés" sauf que suivre des cours de masters dans des amphis de je ne sais combien de personnes, mélangés avec tout un tas d'autres options comme avec ceux se destinant à être formateur pour adultes ou éducateurs, je doute sincèrement que ça nous formera mieux...

L'économie prend le pas sur beaucoup de choses il semblerait, mais quand comprendront-ils que l'école est à la base de tout ? Est-ce que ceux qui ont pondu cette réforme, et surtout à cette vitesse ont vraiment envie de confier leurs enfants à des enseignants formés ainsi?

J'ai vu ma professeur de français, un monument si je peux me permettre, et c'est un compliment... Là depuis plus de 30 ans, se taper la jambe sur la cuisse, dire que non ce n'est pas possible et être au bord des larmes...
ça fait peur, mais que faire???

Il est clair que celà risque d'en décourager plus d'un, et nous sommes nombreux à envisager à contre coeur une voie de secours professionnellement, mais certainement pas suivre ce master en cas d'échec au concours.

Si quelqu'un en sait plus, ou a trouvé une ébauche de maquette...