jeudi 19 juin 2008

Le collectif "crise" de l'IUFM Midi-Pyrénées organise des assises pour la formation des enseignants début juillet 2008


Suite à la grève administrative avec blocage des dossiers de validation des stagiaires débutée le 13 juin dernier, 135 personnes étaient présentes lors de l’assemblée de l’IUFM de Midi-Pyrénées le 28 juin 2008.

Plusieurs avancées ont été signalées :
  • Ecoute des revendications par différentes instances : EQP, CPU, CDIFM, Rectorat, Présidence de l'université
  • Rencontre avec le président de l’université du Mirail qui a intégré l’IUFM de puis le 1° janvier 2008
  • Rencontre avec le Recteur de l’académie de Toulouse
  • Déclaration de la CPU et de la CDIUFM
La rétention des dossiers des stagiaires a perturbé le calendrier de l’EQP.

200 personnes se sont rassemblées personnes se sont rassemblées vendredi 13 juin devant le siège social de l'IUFM Midi-Pyrénées. L'action a été médiatisée dans un certain nombre de médias : AEF, la dépêche, Libé, le café pédagogique, le blog de « collectif crise » « enseigner est un métier qui s’apprend » a été crée à cette occasion.







Rencontre avec le président de l’université du Mirail


Le lundi 16 juin au matin le collectif "CRISE" s'est entretenu avec Daniel Filâtre, président de l'Université de Toulouse 2 le Mirail. Il a défini quatre principes qu’il soutiendra à la CPU (Conférence des Président d’université).
  • Report d’un an de la mastérisation
  • Les universités doivent être associées et consultés dans la réforme des concours
  • L’offre des masters est l’affaire des universités
  • Il est inacceptable de parler de dissolutions des IUFM, école interne d’une université. (Seul le CA de l’université pourrait prononcer la dissolution d’une de ces composantes)
Rencontre avec le Recteur de l’académie de Toulouse

Le mardi 17 juin, une délégation du « collectif crise » a été reçue par le Recteur de l’académie de Toulouse en présence le l’inspecteur général, président de l’EQP, du secrétaire général de l’académie, du directeur de cabinet et de l’administrateur provisoire de l’école interne IUFM.
Dans le flou des déclarations présidentielles et ministérielles, le collectif a demandé quatre garanties sur le plan national
  • le maintien d’une école professionnelle.
  • le maintien d’une rémunération de la formation des futurs enseignants
  • un cadrage national des masters professionnels
  • le maintien de recrutement par concours
Il nous a été dit que les formations professionnelles devraient renforcées, que le cahier des charges devrait être un des éléments du M2. Nos interlocuteurs ont convenus que seul un cadrage national des masters « enseignements » permettrait de garantir une formation professionnelle aux métiers de l’enseignement. Toutefois, le cadrage national reste en opposition avec les déclarations de la CPU qui souhaite « faire son affaire » des masters.
Nos interlocuteurs ont semblé être gênés par des déclarations hâtives sur les formations des maîtres sans avoir eu le temps d’analyser les conséquences en termes de fonctionnement, de faisabilité et d’efficacité.
Nos représentants se sont indignés de ne pas connaître les concours ouverts à la session 2009 et s’interroge sur une « année blanche » de recrutement. Il a été répondu que la liste de concours ouverts pour la session 2009 sera publiée le 10 juillet, c'est-à-dire après les admissions des étudiants à l’IUFM pour la préparation aux concours 2009. Ce retard est préjudiciable aux étudiants inscrits et admis à l’IUFM à une préparation pour un concours fermé.
Les déclarations de la CPU et de la CD IUFM semblent s'être infléchies dans le sens de nos revendications. D'autres IUFM se mobilisent de façons diverses (motions présentées aux conseils, pétitions, …).

Les inquiétudes ne sont pas pour autant levées, il faut rester vigilant. Néanmoins la réaction toulousaine crée un précédent.

Poursuite du mouvement

Après débat, l'AG s'est unanimement prononcée pour la poursuite de l'action jusqu'à la rentrée selon des modalités différentes.

Concernant la grève administrative avec blocage des dossiers, le principe d'une "remise des dossiers médiatisée" en présence des élus des collectivités territoriales a été voté à l'unanimité moins une voix. En fonction des contraintes matérielles et des ressources humaines disponibles, le collectif "CRISE" est chargé d'organiser ce déblocage médiatisé.
  • Le principe d'assises pour la formation des enseignants a été voté à l'unanimité. Ces "assises" auront lieu entre le 30 juin et le 4 juillet sur une ou deux journées. Ces assises seront ouvertes à tous les IUFM, à la CDIUFM, à la CPU. L'organisation et la coordination de ces "assises" est confiée au collectif "CRISE.
  • Une pétition pour une formation professionnelle des enseignants de qualité dans le cadre d’une école interne sera lancée par internet dès le 21 juin.
  • De plus, au plan local, une journée de travaux et réflexions ouvertes à d'autres IUFM et aux universités toulousaines pourrait permettre de préparer la rentrée tout en restant mobilisés.
  • D'autres moyens d'action ont été présentés : Lettre ouverte au Président de la République.
A consulter :

Aucun commentaire: