mercredi 4 juin 2008

La grogne des maîtres s'amplifie côté pratique


Inquiétudes et appel à la mobilisation suite aux annonces de réformes à l'Institut de formation des maîtres (paru dans la dépêche du midi du 4 juin 2008)

« Nous sommes face à la mort annoncée d'un service public d'éducation », telle est la réaction unanime des syndicats toulousains (SE-Unsa, FSU, Sgen…) au lendemain des déclarations concernant la réforme des IUFM, ces Instituts en charge de la formation des professeurs, du primaire comme du secondaire.

Vendredi dernier, déjà, sentant le vent venir, les personnels de l'IUFM de Toulouse (un des plus importants de France avec près de 3 000 étudiants, et récemment intégré au sein de l'Université du Mirail) ont adopté une motion afin de préciser leurs craintes. Certes, les formateurs acquiescent à « la volonté d'élever le niveau de formation des enseignants et leur rémunération en début de carrière ». Mais en regard, et en rappelant que « enseigner est un métier », ils insistent sur le fait que « un recrutement à Bac + 5, fût-il suivi d'un compagnonnage, ne peut remplacer la nécessaire formation au métier, dans toutes ses dimensions, sa complexité, avec toutes ses spécificités, notamment pédagogiques ». Bref « une réduction drastique de la dimension professionnelle de la formation nous paraît incompatible avec les exigences et la complexité sans cesse grandissante du métier d'enseignant, avec les attentes immenses vis-à-vis de l'École ». (lire la suite sur le serveur de la dépêche)

Aucun commentaire: