samedi 21 juin 2008

Document inséré dans chaque dossier d'EQP


Enseigner est un métier qui s’apprend,
l’avenir de nos enfants en dépend.


Début du mouvement

Contexte : A l’initiative des représentants des personnels siégeant au Conseil Transitoire de l’IUFM-Midi Pyrénées, une assemblée générale des personnels s’est déroulée lundi 9 juin et a décidé massivement d’une rétention des dossiers de titularisation.
Pourquoi ? : Un projet de réforme de la formation des enseignants est à l’étude. Depuis quelques jours, des annonces relayées par la presse en matière de formation des enseignants se multiplient. Ces annonces soulèvent de vives inquiétudes car elles menacent l’existence d’une l’école professionnelle et mettent en cause la qualité de la formation.

C’est autour de l’essentiel que tous les personnels de l’IUFM Midi-Pyrénées se sont rassemblés : ENSEIGNER EST UN METIER QUI S’APPREND, L’AVENIR DE NOS ENFANTS EN DEPEND.

La rétention des dossiers décidée lundi 9 juin a eu pour conséquence de ne pas permettre à l’administrateur provisoire de signer les dossiers de validation de la formation des professeurs stagiaires dans les délais prévus et par conséquent de perturber le calendrier de la validation de l’année de formation (Examen de Qualification Professionnelle). Evidemment, cette première action n’est pas dirigée contre les professeurs stagiaires, ni contre les membres des commissions de l’EQP.

Les informations dont nous disposons menacent directement l’éducation de nos enfants au travers de la formation des maîtres. Ce métier de plus en plus complexe et difficile ne peut se passer d’une formation professionnelle

Dans le flou de ces informations, notre action vise à obtenir à minima quatre garanties :
  • le maintien d’une école professionnelle universitaire.
  • Le maintien d’une rémunération de la formation des futurs enseignants
  • Un cadrage national des masters professionnels
  • Le maintien du recrutement par concours.

Au plan local, nous voulons attirer l’attention sur les enjeux de Midi-Pyrénées et souligner de vives inquiétudes.
  • Quel devenir pour les personnels de l’IUFM Midi-Pyrénées, école interne de l’université du Mirail (232 permanents, 175 BIATOS) ?
  • Quel devenir pour les 10 sites de formation implantés dans les départements de Midi-Pyrénées (anciennes écoles normales) ?
Poursuite du mouvement

Après débat, l'AG s'est unanimement prononcée pour la poursuite de l'action jusqu'à la rentrée selon des modalités différentes.
  • Le principe d'une "remise des dossiers médiatisée" en présence des élus des collectivités territoriales a été voté à l'unanimité moins une voix. En fonction des contraintes matérielles et des ressources humaines disponibles, le collectif "CRISE" est chargé d'organiser cette remise médiatisée.
  • Le principe d'assises pour la formation des enseignants a été voté à l'unanimité. Ces "assises" auront lieu entre le 30 juin et le 4 juillet sur une ou deux journées. Ces assises seront ouvertes à tous les IUFM, à la CDIUFM, à la CPU. L'organisation et la coordination de ces "assises" sont confiées au collectif "CRISE.
  • Une pétition pour une formation professionnelle universitaire des enseignants de qualité dans le cadre d’une école interne sera lancée par internet dès le 21 juin.
  • D'autres moyens d'action sont envisagés.

Aucun commentaire: